International › APA

Mausolée Cheikh Ahmed Tijani de Fès, le haut lieu de Ziarra des tijaan

Fès, ville du nord-est marocain considérée comme la capitale culturelle du royaume chérifien, est certes réputée pour sa médina fortifiée de Fès El Bali, mais elle est également célèbre pour le mausolée de Cheikh Ahmed Tijani Cherif (1737 ou 1738-1815), le fondateur de la Tijanyya, une des principales confréries islamiques au Sénégal.« Fi sabilillah, Fi sabilillah ! », « Pièces, pièces ! », lancent aux passants des mendiants et mendiantes installés au tout début d’une longue ruelle. A cause de l’exiguïté du passage, il faut de temps en temps se coller aux murs pour ne pas se faire heurter par les conducteurs de pousse-pousse tirant au pas de charge leurs engins. C’est au terme d’une enfilade de ruelles étroites et sinueuses où l’activité commerciale est partout présente qu’on tombe sur le mausolée Cheikh Ahmed Tijani. Fait rare, le lieu où repose le saint homme est également une Zawiya (lieu de prières et de déclamations de chants religieux) pour les millions d’adeptes de la Tijanyya dont Mouhamed Mbengue.

Ingénieur électronique dans le secteur de l’automobile, ce jeune sénégalais vivant en France a effectué spécialement le voyage de Paris à Fès pour « faire la ziara (rendre visite) à Seydina Cheikh, se ressourcer et se +reconcentrer+ ».

Confortablement assis dans un coin de la mosquée, il se présente comme un habitué des lieux qui, dès que le temps le lui permet, vient passer « 3 à 4 jours » dans la capitale de la Tijanyya.

« On sort d’ici en ayant l’impression qu’on a rechargé nos batteries spirituelles pour, après, retourner à la vie active, avec toutes ses difficultés », confie-t-il dans un large sourire.

Pour sa part, Mamadou Ndiaye, qui effectue son premier pèlerinage à Fez (168 km de Rabat), est surtout « fasciné » par la grandeur de la mosquée abritant la Zawiya. Venu au Maroc pour, surtout, faire connaissance avec sa belle-famille, l’ingénieur en génie civil a senti comme une « une obligation » de passer rendre visite au premier guide spirituel des tijaan.

« C’est une fierté et une joie immense », s’exclame le natif des Parcelles Assainies (commune de la banlieue dakaroise) que de se retrouver dans le berceau de sa tariqa (confrérie) et celle de ses poches. Un déplacement ayant pour lui valeur de «pèlerinage».


Le soleil a décliné depuis quelques minutes à Fez, moment où la prière d’al-Maghrib (crépuscule) vient tout juste de s’achever. Les fidèles tijaan se préparent ainsi pour la « Xadratu“, une séance de psalmodie spirituelle faite en groupe pour rendre grâce à Dieu et prier sur le Prophète (Paix et salut sur lui, PSL). A l’intérieur de la Zawiya, il faut emprunter un corridor baignant dans une lumière ocre, dépasser la mosquée avant d’accéder au mausolée du guide religieux. Parmi les adeptes en recueillement, il y a Malick Sine.

Vêtu d’un sabador violet (tenue traditionnelle africaine) recouvert par une jaquette à cause du froid ambiant (13 degrés), ce Sénégalais vivant en Italie s’offre chaque année, «depuis 2012 », un week-end à Fès pour sa Ziarra.

Les personnalités politiques sénégalaises font également le voyage de Fès, à l’image de la députée du département de Kaolack (centre), Soxna Awa Guèye. Ayant profité d’un séjour à Fez pour accomplir la Ziarra, elle dit avoir l’impression d’être « purifiée et propulsée à un certain niveau de satisfaction».  

Toutefois, de l’avis de Serigne Abdoul Aziz Samb, prédicateur religieux dans le département de Mbour (centre du Sénégal), les habitants marocains de Fès ne visitent pas beaucoup le mausolée de Cheikh Ahmed Tijani Cherif.

« Quand vous venez ici, vous voyez beaucoup plus d’étrangers venus surtout de l’Afrique au sud du Sahara et un peu partout dans le monde. Mais les gens de Fès ne fréquentent pas ici », dit-il à voix basse, histoire de ne pas troubler la quiétude de ses voisins profondément recueillis.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut