International › AFP

Mort de Steve: comment l’IGPN dédouane les forces de l’ordre

Une intervention policière « justifiée » et pas « disproportionnée »: dans son rapport sur les incidents de la Fête de la musique à Nantes, l’IGPN dédouane collectivement les forces de l’ordre et écarte tout lien entre leur action et la disparition de Steve Maia Caniço, retrouvé mort lundi.

Le déroulé des faits selon l’IGPN

Le 22 juin, à 4H du matin, une vingtaine de policiers se rendent sur le quai Wilson, sur les bords de Loire à Nantes, pour faire respecter l’heure limite de diffusion de la musique. Neuf organisateurs s’exécutent. Le dixième refuse. « Entre 4h00 et 4h15, ils parlementent », explique un cadre de l’IGPN.

« A 4h15, les deux derniers DJ appellent à se rassembler et à s’opposer à l’arrêt de la musique », précise-t-il. Ils éteignent le son une première fois. A 4H20, les policiers se retirent. Mais « la musique reprend beaucoup plus forte et des jets de projectiles commencent à voler sur des policiers pas équipés, qui n’avaient pas de casque ». A 4H30, après s’être équipés, les policiers reprennent leur position et à 4h37 répliquent aux jets de cailloux et bouteilles. Ils ont en face d’eux « 200 personnes », selon le cadre de l’IGPN. Les policiers utilisent des grenades lacrymogènes lancées à la main (33), des lanceurs de balle de défense (12), des grenades de désencerclement (10). A 4h50, la foule se disperse avec l’arrivée de CRS.

Y-a-t-il eu une « charge » de la police?

Non, selon le rapport de l’IGPN. Une charge, « c’est une avancée en rang avec des policiers très proches et des boucliers », explique le cadre. A Nantes, c’était « une avancée avec une possibilité pour les gens de passer sur le côté puisqu’on a même des images de personnes filmant les policiers de dos », explique-t-il.

« Les lacrymogènes sont utilisés parce que les policiers sont agressés sur leur position de repli », ajoute-t-il, soulignant « qu’il n’y a aucun mouvement de panique constaté ». L’usage de gaz lacrymogène était un « moins mauvais moyen » qu’une charge qui aurait « certainement créé un mouvement de panique », selon lui.

Les gens tombés à l’eau

Selon le rapport de l’IGPN, « entre 8 et 14 personnes sont tombées dans la Loire (…), la seule certitude étant que trois personnes étaient tombées préalablement à l’intervention des forces de l’ordre ». « Aucune des personnes repêchées » n’a par ailleurs déclaré être tombée à l’eau du fait de l’action de la police, affirme le document.

L’incertitude sur le nombre de personnes repêchées vient « probablement de double comptabilisation des pompiers et du service de sauvetage de la sécurité nautique », selon le cadre de l’IGPN.


Le cas de Steve

On ne sait pas exactement où ni quand le jeune homme de 24 ans a disparu. L’intervention policière a eu lieu sur le quai Wilson. Le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé non loin de là sur le quai Ferrand. Mais son téléphone a « borné » pour la dernière fois à un troisième endroit, selon le cadre de l’IGPN. « Les premières investigations confirment que l’intéressé était présent à proximité des lieux de l’opération de police », selon le rapport de l’IGPN.

Mais selon le document, « il ne peut être établi de lien entre l’intervention des forces de police (…) et la disparition de M. Steve Maia Caniço après 04H00 dans le même secteur ».

« On ne peut pas dire que Steve serait tombé à l’eau du fait de l’intervention de la police. On ne peut pas dire qu’il est tombé en dehors de l’intervention non plus », estime le cadre de l’IGPN qui renvoie vers « l’enquête judiciaire ».

Les autres enquêtes en cours

L’IGPN a ouvert une enquête administrative « incidente » à celle publiée mardi concernant « des coups de matraques sur une personne au sol ». Elle doit également être cosaisie avec la police judiciaire de l’enquête ouverte lundi à Nantes pour « homicide involontaire » après la découverte du corps de Steve.

L’IGPN est aussi saisie de l’enquête ouverte après une plainte collective de 95 participants « pour mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Enfin, la PJ est saisie de l’enquête liée aux plaintes de policiers blessés. L’un d’eux a notamment été roué de coups lors de l’intervention, selon le cadre de l’IGPN.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut