International › APA

Mort suspecte du petit Excel Konan: 4 h pour la reconstitution des faits au domicile du présumé accusé

La reconstitution des faits de la mort suspecte du petit Excel Konan (3 ans) a duré, mercredi, 4 heures d’horloge, en présence du Procureur de la République, au domicile du présumé accusé, sis à Marcory, dans le Sud de la capitale économique ivoirienne, a constaté, APA.C’est sous le coup de 12 h (Gmt et heure locale) qu’une équipe de la police judiciaire composée du Procureur de la République, Richard Adou, du directeur de la police criminelle et de son collègue de la police scientifique accompagnés de fins limiers de la police nationale est arrivée avec le présumé accusé, Abdoulaziz Alpha Djiré, à son domicile au sous-quartier Kassiry de la commune de Marcory.

Le périmètre bouclé par les forces de l’ordre, badauds, riverains et journalistes ont été tenus à distance raisonnable. Ont également pris part, à la reconstitution des faits, outre l’équipe de la police judiciaire, les avocats des deux parties et le médecin légiste, ajoute une source proche du dossier.

Selon cette source, il s’agit « d’établir un lien entre la découverte du corps du petit Excel et la responsabilité pénale présumée de M. Djiré à la résidence de qui le corps de l’enfant a été retrouvée».

Débutée aux alentours de 12h 15mn, l’opération a duré jusqu’à 16h45 (Gmt et heure locale), soit un plus de quatre d’horloge au terme de laquelle, Abdoulaziz Alpha Djiré est reparti à la direction de la police criminelle.


Depuis mardi, « Abdoulaziz Djiré et son vigile sont aux mains de la police », a annoncé, ce mercredi, la presse locale qui rapporte, également, que « l’autopsie du corps effectuée, le mardi 26 juin 2018, à l’institut de la médecine légale à Cocody,  révèle que le petit Excel Konan est mort asphyxié et que la bouillie consommée était intacte ».

Le mercredi 20 juin, Excel Konan est retrouvé mort dans la piscine de la résidence de M. Djiré, un homme d’affaires, voisin à la famille du petit Excel.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut