International › AFP

Mozambique: difficile livraison d’aide aux sinistrés du cyclone Kenneth

Les secours déployés dans l’extrême-nord du Mozambique ont profité mardi d’une interruption des pluies pour livrer par voie aérienne des vivres à des milliers de victimes du cyclone Kenneth sur une petite île isolée au large des côtes.

Casques blancs et combinaisons vertes, des volontaires ont chargé des dizaines de caisses à bord de deux gros hélicoptères de fabrication russe à destination des îles d’Ibo (13.000 habitants) et Quissanga (50.000 habitants).

« La priorité est de livrer l’aide à Ibo parce que nous avons pas encore été en mesure de nous y rendre », a expliqué une porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Deborah Nguyen, sur le tarmac de l’aéroport de Pemba.

Le premier hélicoptère a pu décoller pour Quissanga avec près de 4 tonnes de nourriture à bord, selon le PAM.

Le second a toutefois dû suspendre momentanément sa rotation pour Ibo en raison du mauvais temps. « Nous attendons à cause de la pluie », a dit Mme Nguyen.

Kenneth a touché jeudi la province du Cabo Delgado avec des vents approchant les 300 km/h et de très fortes pluies, six semaines à peine après le passage dévastateur à un millier de kilomètres plus au sud du cyclone Idai.

Kenneth est considéré comme l’un des cyclones les plus puissants ayant frappé le continent africain.


En première ligne, Ibo et Quissenga ont subi d’énormes dégâts. Près de 90% des habitations y ont été détruites, selon l’ONU.

Mi-mars, Idai avait touché de plein fouet la deuxième ville du pays Beira (centre), avant de continuer sa route au Zimbabwe. Ce cyclone a provoqué la mort d’un millier de personnes et fait des centaines de milliers de sans-abri dans ces deux pays.

Selon le dernier bilan de l’Institut mozambicain de gestion des situations d’urgence (INGC), Kenneth a fait 38 morts et détruit ou endommagé près de 35.000 habitations.

Les fortes précipitations qui accompagnent le passage de Kenneth depuis la semaine dernière ont causé d’importantes inondations à Pemba, la capitale du Cabo Delgado qui compte 400.000 habitants, et dans ses environs.

Selon les chiffres fournis par les autorités mozambicaines aux ONG et à l’ONU, jusqu’à 200.000 habitants de Pemba sont menacés par la montée des eaux.

gw-pa/jlb



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut