International › APA

Nécrologie et justice se partagent la Une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè consultés par APA, ce lundi matin, commentent largement le procès du putsch manqué de septembre 2015, sans oublier la nécrologie, avec la mort, samedi, de Kofi Annan, ainsi que la commémoration du premier anniversaire du décès du Dr Salifou Diallo, ex président de l’Assemblée nationale.«Hommages à Salifou Diallo: Témoignages, prières et recueillements à Ouahigouya», constate le quotidiens national Sidwaya qui consacre un large à l’anniversaire du décès de l’homme politique burkinabè, décédé le 19 août 2017.

Il rapporte que le Doua (cérémonie) marquant le premier anniversaire du décès de l’ex-président de l’Assemblée nationale a eu lieu, hier dimanche à Ouahigouya, à son domicile au secteur n°10 de la ville.

Le journal consacre  son éditorial intitulé «Baobab politique !» à Salifou Diallo.

Sidwaya estime que les surnoms plus ou moins bienveillants attribués à Salifou Diallo illustrent à souhait les multiples facettes de la longue et riche carrière professionnelle, politique,  militante, diplomatique de l’ex-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir).

Pour sa part, Le Pays affiche: «An 1 de la disparition de Salifou Diallo: des Burkinabè s’en souviennent», renseignant qu’à l’occasion de cet anniversaire, il y a eu «dépôt de gerbes sur la tombe de l’illustre disparu».

Et le journal, à travers un commentaire, se demande si «le grande vide laissé (par la mort de Salifou Diallo, Ndlr) a-t-il été comblé ?».

Quant à L’Observateur Paalga mentionne qu’il y a eu «pluie d’hommages pour un premier anniversaire».


Toujours dans la page nécrologique, L’Observateur Paalga revient sur le décès de Kofi Annan, ancien Secrétaire général (SG) de l’Organisation des Nations unies (ONU), estimant qu’il s’agit de «la mort d’un grand Africain».

Pendant ce temps, Aujourd’hui au Faso fait remarquer que l’ex-SG de l’ONU a eu «une vie bien remplie pour la paix».

Le journal Le Quotidien ne dit pas autre chose quand il titre : «Le monde pleure un apôtre de la paix», précisant que le diplomate ghanéen et ancien secrétaire général des Nations unies (1997-2006) a tiré sa révérence le samedi 18 août 2018 dans un hôpital de Berne en Suisse à l’âge 80 ans.

Le même journal consacre sa manchette au procès du coup d’Etat manqué du 15 septembre 2015. Il reprend, en guise de titre, les propos du l’inculpé, le lieutenant Daouda Koné qui déclare : «Je n’ai jamais su que le chef suprême des armées avait été arrêté».

A ce sujet, Sidwaya informe qu’au 2e jour de la reprise du procès, le soldat de 1ère classe Placide Sow et le lieutenant Daouda Beyon II Koné, se sont succédé à la barre le 17 août 2018.

L’Observateur Paalga fait un zoom sur le lieutenant Daouda Beyon II Koné, soulignant que «le +cuistot+ de l’ex-RSP (Régiment de sécurité présidentielle, Ndlr) cuisiné par le tribunal».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut