International › AFP

Netanyahu met la pression pour éviter de nouvelles élections

Le Likoud, le parti du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a affirmé dimanche avoir obtenu le soutien des ultra-orthodoxes à un projet de loi amendé sur la conscription, disant attendre désormais la réponse du chef du parti nationaliste et laïc à ce sujet, pour pouvoir enfin être en mesure de former une coalition.

M. Netanyahu, qui a remporté les législatives du 9 avril, a jusqu’à mercredi soir pour former une nouvelle coalition et éviter de nouvelles élections anticipées.

Il n’a pas réussi jusque-là à répondre aux exigences divergentes de ses potentiels partenaires. Les négociations ont achoppé sur un projet de loi en faveur de la conscription des juifs ultra-orthodoxes.

Les partis ultra-orthodoxes, qui défendent l’exemption de service militaire pour les étudiants des écoles talmudiques, refusaient jusqu’à présent d’entrer au gouvernement si cette loi est adoptée.

De son côté, le chef du parti nationaliste et laïc Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, s’est dit prêt à aller jusqu’à de nouvelles élections si cette loi n’était pas adoptée telle qu’il l’a proposée quand il était ministre de la Défense au sein du précédent gouvernement.

Le Likoud de M. Netanyahu et ses alliés ont remporté 65 des 120 sièges au Parlement, avec cinq députés d’Israël Beiteinou et 16 des partis ultra-orthodoxes. Le Premier ministre a donc besoin de ces deux partenaires pour former une coalition gouvernementale.

Dans une vidéo diffusée dimanche sur les réseaux sociaux, il affirme avoir proposé à ses partenaires une solution « pour éviter des élections inutiles ».

Le Likoud a annoncé dimanche soir que le parti « Judaïsme unifié de la Torah », une des deux formations ultra-orthodoxes, avait accepté sa proposition de loi sur la circonscription mais les détails sur le texte n’ont pas été dévoilés.

« La balle est maintenant dans le camp de Lieberman. S’il accepte, nous avons un gouvernement de droite ce soir », affirme le parti dans un communiqué.


M. Lieberman, qui a refusé de rencontrer dimanche M. Netanyahu, a affirmé plus tôt dans un communiqué de son parti qu’il ne renoncerait pas à ses exigences au sujet du projet de loi.

« Dans le cas où Lieberman continuerait d’insister, le Likoud a commencé à se préparer à des élections », a affirmé plus tôt cette formation.

« A ce stade, il n’y a eu aucune décision sur une dissolution de la Knesset (Parlement) », a-t-il toutefois ajouté.

Selon des médias, les députés du Likoud ont reçu une demande d’être présents lundi après-midi au Parlement pour participer au vote en faveur de sa dissolution. Une annonce apparemment destinée à faire pression sur M. Lieberman pour éviter de nouvelles élections.

La tenue d’élections anticipées si proches des précédentes serait une première en Israël.

Samedi, des milliers d’Israéliens avaient manifesté à Tel-Aviv contre d’éventuels accords de coalition de Benjamin Netanyahu, accusé de vouloir s’assurer une immunité judiciaire.

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a repoussé à début octobre la date à laquelle doit être entendu M. Netanyahu pour répondre d’accusations de « corruption », « fraude » et « abus de confiance » dans trois affaires.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut