International › APA

Niger : Paris soutient la résilience et la sécurité alimentaire

La France vient de fournir un appui financier de 5,15 millions d’euros, soit plus de 3 milliards CFA au Niger, au titre de l’aide alimentaire programmée.L’aide alimentaire programmé est une initiative du ministère des affaires étrangères français dont bénéficient chaque année une trentaine de pays subissant des crises alimentaires et nutritionnelles.

Au Niger, ce projet a reçu à ce stade 2,75 millions d’euros des fonds d’aide alimentaire du ministère français des Affaires étrangères. Il vise à soutenir le déploiement d’activités intégrées contribuant à une meilleure résilience des populations aux chocs climatiques et à la hausse des prix des aliments, et à lutter contre la malnutrition infantile.

Le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO, sigle anglais) et l’Unicef collabore avec l’ambassade de France dans ce projet. Ce consortium d’agences onusiennes agissant ensemble, selon leurs spécialités respectives, vient en aide à plus de 3300 ménages (24.000 personnes) de la commune de Simiri dans le département de Ouallam (sud-ouest).

Les actions prévues dans le cadre de ce projet, qui va s’échelonner sur trois ans, intègrent les acteurs locaux, organisations paysannes, centres de santé et écoles, relais communautaires sur la nutrition, ONG locales. Cela, afin de les amener progressivement à se les approprier de façon à favoriser ainsi leur autonomie.

Selon un communiqué parvenu à APA ce mercredi, les résultats atteints au troisième trimestre 2021 concernent la sécurité alimentaire, avec 400 hectares de terres restaurées et cultivées en céréales avec des semences améliorées, 21 cantines scolaires fonctionnelles, la mise en place de 16 « champs écoles paysans » , la fourniture de 50 tonnes de semences améliorées de mil et niébé, la mise en place de 11 banques céréalières et la fourniture de 2700 chèvres pour démarrer de petits élevages familiaux.

Par ailleurs, informe la note, plus de 4200 élèves ont bénéficié de ces appuis et plus de 9000 personnes ont été formées sur la restauration des terres.


S’agissant de la lutte contre la malnutrition, le projet a dépisté 24.000 enfants de moins de cinq ans, formé 190 relais communautaires dont des « mamans lumière », formé 6000 personnes aux bonnes pratiques d’hygiène et d’alimentation des enfants, poursuit le document.

Plus de 10.000 femmes enceintes et adolescentes ont bénéficié d’un traitement à base de fer et d’acide folique, essentiel pour prévenir la malnutrition des enfants à naître. La diversification de l’alimentation, avec la fourniture de nouvelles variétés de chou, laitue, tomate, courge et moringa, a aussi contribué à une meilleure nutrition.

La diversité alimentaire a ainsi progressé à Simiri parmi les ménages cibles. Ils ont également réduit leur recours à des pratiques d’adaptation à l’insécurité alimentaire comme la réduction du nombre de repas ou la vente d’une partie de leur capital, se félicitent les promoteurs du projet.

Cet ensemble d’activités intégrées sera répliqué dans une commune voisine en 2022, pour un début de mise à l’échelle.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut