International › APA

Nigéria : la banque Apex rapporte une baisse des importations alimentaires

Le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Godwin Emefiele a déclaré, mardi lundi soir à Lagos, que la facture mensuelle des importations alimentaires du pays est passée de 665,4 millions de dollars en janvier 2015 à 160,4 millions de dollars en octobre 2018, soit une baisse cumulative de 75,9 %.Il a déclaré que les réductions des importations alimentaires ont été enregistrées sur le riz, le poisson, le lait, le sucre et le blé, ajoutant que la politique serait maintenue.

« Les baisses cumulatives les plus significatives sont les importations mensuelles de riz (97,3%), du poisson (99,6 %), du lait (81,3%), du sucre (63,7 %) et du blé (60,5%). Nous sommes heureux des réalisations enregistrées jusqu’à présent. En conséquence, cette politique devrait se poursuivre avec vigueur jusqu’à ce que les déséquilibres sous-jacents au sein de l’économie nigériane aient été entièrement corrigés », a-t-il déclaré.

M. Emefiele, a noté lors du dîner des banquiers à Lagos, la reconnaissance du financement du développement en tant qu’agent de développement, va assurer l’autosuffisance afin de réduire la dépendance excessive du Nigeria vis-à-vis des importations.

« Nous avons maintenu un accent particulier sur le soutien aux agriculteurs, aux entrepreneurs ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises, par le biais de nos divers programmes d’intervention tels que le Anchor Borrowers Program(ABP), le Nigeria Incentive-Based Risk Sharing System for Agricultural Lending(NIRSAL) et le National Collateral Registry (NCR) », a-t-il ajouté.


Selon lui, le CBN a récemment mis en place le Real Sector Support fund, un fonds d’appui au secteur, une facilité destinée à fournir un financement abordable de 9 % au maximum pour de nouveaux projets dans les secteurs agricole et manufacturier, visant à stimuler la production et à créer des emplois.

Il a ajouté que le Anchor Borrowers Programme avait permis au Nigeria de passer du statut d’importateur net de riz à celui de producteur majeur de riz, fournissant des marchés clés dans les pays voisins.

En octobre 2018, a-t-il dit, un nombre total de 862 069 agriculteurs cultivant environ 835 239 hectares, sur 16 produits différents, avaient jusqu’ici bénéficié de ce programme, qui avait créé 2 502 675 emplois à travers le pays.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut