International › AFP

Nigeria/présidentielle: l’opposition dénonce « une parodie d’élection » et va en justice 

L’opposant nigérian Atiku Abubakar a dénoncé mercredi une « parodie d’élection » après l’annonce de la victoire du président sortant Muhammadu Buhari et annoncé qu’il allait saisir la justice pour contester le résultat.

« Si j’avais perdu dans des élections libres et justes, j’aurais appelé le vainqueur dans la seconde », a déclaré le candidat du Parti populaire démocratique (PDP) dans un communiqué. « Non seulement je lui aurais adressé mes félicitations mais j’aurais aussi proposé mes services pour contribuer à unir le Nigeria. »

Mais « je rejette les résultats de la parodie d’élection du 23 février 2019 et contesterai ses résultats en justice », a ajouté l’ancien vice-président.

Dans la nuit de mardi à mercredi la Commission électorale indépendante (INEC) a mis fin à trois jours de compilation des résultats, annonçant la victoire du chef de l’Etat sortant avec une avance de près de 4 millions de voix sur son rival, soit 56% des suffrages contre 41%.

Quelques heures plus tôt, l’opposition avait déjà demandé aux Nigérians de ne pas tenir compte des résultats, dénonçant des fraudes massives dans l’organisation du scrutin, entaché selon elle par de graves manquements logistiques et endeuillé par des dizaines de morts dans les violences électorales.

Les observateurs locaux et ceux de l’Union européenne avaient noté de sérieux problèmes dans l’organisation du vote, qui avait déjà été retardé d’une semaine, quelques heures avant son ouverture prévue le 16 février.


Retards à l’ouverture des bureaux de vote, intimidations d’électeurs, destruction de matériel électoral: la société civile et les observateurs ont dénoncé de nombreuses irrégularités et recensé au moins 53 morts dans des violences électorales.

« Situation Room appelle les partis politiques et les candidats qui ont des griefs avec le processus électoral à utiliser les recours légaux pour le faire », avait déclaré le groupe de surveillance de la société civile dans un communiqué mardi soir.

En 2011, les violences post-électorales, attisées par les divisions religieuses entre musulmans et chrétiens, avaient fait un millier de morts.

En 2015 en revanche, le chef de l’Etat sortant, Goodluck Jonathan avait aussitôt appelé Muhammadu Buhari pour le féliciter de sa victoire marquant la première alternance au Nigeria, un pays qui était sorti des dictatures militaires en 1999.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut