International › APA

Ouverture à Abidjan de la 4è édition du salon international de la géomatique sur la résilience climatique

La quatrième édition du salon international de la géomatique s’est ouverte mardi à Abidjan autour du thème « Les outils de résilience face aux changements climatiques», a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.Organisé par le Comité national de télédétection et d’information géographique ( CNTIG), ce salon a pour objectif principal de proposer d’une part,  des stratégies et solutions opérationnelles de lutte contre les effets néfastes des changements climatiques et d’autres part, des outils de résilience éprouvés. 

En clair, cette rencontre qui accueillera une cinquantaine de conférenciers en provenance d’une vingtaine de pays, entend promouvoir les outils géomatiques de résilience pour lutter efficacement contre les effets néfastes des changements climatiques qui pourraient entraîner près de 250.000 décès supplémentaires par an dans le monde entre 2030 et 2050 selon les prévisions de l’organisation mondiale de la santé ( OMS).

 « Le choix de la thématique de ce salon n’est pas fortuit car ici en Côte d’Ivoire, les effets du changement climatique sont de plus en plus perceptibles », a fait remarquer, Pr Joseph Séka Séka, le ministre ivoirien de l’environnement et du développement durable qui a ouvert ce conclave en présence de son collègue de l’assainissement et de la salubrité, Anne Désirée Oulotto. 

Poursuivant, M. Séka Séka a fait savoir qu’en Côte d’Ivoire, les zones à risques au plan climatique concernent pratiquement tout le territoire national. « Le pays est durement exposé aux aléas des changements climatiques », a-t-il regretté, égrenant des actions engagées par le gouvernement ivoirien pour améliorer la résilience des populations. 

« Je vous invite à pousser vos échanges et vos expériences. L’État de Côte d’Ivoire prêtera une oreille attentive à vos conclusions», a promis Pr Séka Séka. 

Selon Dr Édouard Fonh-Gbehi, le directeur général du CNTIG, l’une des ambitions de ce salon, est de jeter un pont entre les professionnels et les décideurs, les chercheurs et l’industrie. 


En marge des conférences, une quarantaine  d’entreprises locales et internationales dont le mécanismes international de réduction des émissions de gaz à effets de serre issues de la déforestation et de la dégradation des forêts ( REDD+), un projet visant la lutte contre la déforestation dans le pays, exposent des innovations technologiques à ce salon.

 « Nous sommes venus présenter des solutions techniques pour atténuer le changement climatique. Il faut des mécanismes, stratégies et mesures pour agir sur ce fléau. Donc, le REDD+ a conçu des technologies pour accompagner ces stratégies», a dit à APA, Abraham Bio, l’un des responsables du stand de la REDD+. 

La Côte d’Ivoire, rappelle-t-on, a perdu près de 75% de ses forêts en 50 ans passant de 16 millions d’hectares en 1960 à 3,4 millions d’hectares en 2015.

 Plusieurs panels thématiques dont celui sur « le Géoportail surveillance spatial des terres, outil de la dynamique du couvert forestier en Côte d’Ivoire », meubleront ce salon qui s’achèvera jeudi.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut