International › AFP

Pakistan: libération attendue d’un pilote indien en « geste de paix »

Le Pakistan doit libérer vendredi un pilote indien capturé cette semaine en un « geste de paix » à l’égard de l’Inde après trois jours de crise aiguë entre les deux puissances nucléaires.

Islamabad n’a donné aucun détail à ce stade sur la manière dont serait organisé le retour du pilote, capturé mercredi après la chute de son avion de chasse au Cachemire pakistanais.

Plusieurs médias estimaient qu’elle pourrait intervenir au poste-frontière de Wagah, situé entre les grandes villes de Lahore (Pakistan) et d’Amritsar (Inde).

Les parents du pilote, devenu un héros dans son pays, se sont rendus tard jeudi en avion à Amritsar et ont été applaudis à bord de l’appareil par les autres passagers.

La libération du militaire, annoncée jeudi par le Premier ministre pakistanais Imran Khan, a été présentée par Islamabad comme un « geste de paix » à l’égard de l’Inde.

Pour autant « notre désir de désescalade ne devrait pas être interprété comme une faiblesse » par le Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi, a-t-il averti.

« Nous sommes très heureux de le récupérer. Nous voulons le revoir », a réagi jeudi à New Delhi le général de division de l’armée de l’air indienne RGK Kapoor.

« Nous voyons (sa libération) seulement comme un geste en accord avec toutes les conventions de Genève », a-t-il toutefois poursuivi.


L’Inde demeure « pleinement préparée et à un stade accru de réactivité pour répondre à toute provocation du Pakistan », a averti de son côté le général de division Surendra Singh Mahal.

L’avion du lieutenant-colonel indien Abhinandan Varthaman avait été abattu mercredi au-dessus du Cachemire lors d’un rare engagement aérien entre les deux voisins.

L’armée pakistanaise a affirmé avoir capturé le pilote après avoir abattu deux avions indiens dans son espace aérien, dont l’un serait tombé au Cachemire indien et l’autre au Cachemire pakistanais.

Elle avait publié des images du lieutenant-colonel Varthaman, assurant l’avoir bien traité.

New Delhi avait de son côté reconnu avoir perdu un Mig-21 dans les affrontements et exigé le « retour immédiat et en toute sécurité » de son pilote, devenu entretemps un héros dans son pays.

La communauté internationale retient son souffle après la dangereuse confrontation militaire entre les deux frères ennemis d’Asie du Sud, craignant que leurs dirigeants n’en perdent le contrôle.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut