International › AFP

Pakistan: un hashtag appelant à « arrêter » les journalistes trop critiques embrase Twitter

Un hashtag appelant à l’arrestation de journalistes critiques du gouvernement et de l’armée est devenu brièvement le plus utilisé sur Twitter jeudi au Pakistan, aggravant les inquiétudes quant à un accroissement de la censure des médias dans le pays.

#ArrestAntiPakJournalists (Arrêtez les journalistes anti-Pakistan), a chuté à la deuxième place des tendances sur Twitter dans la soirée, après avoir été employé plus de 32.000 fois à 20H30 (15H30 GMT).

De nombreux utilisateurs l’ont accompagné d’une photo de journalistes et de présentateurs de télévision éminents, dont certains critiquent régulièrement le parti Tehreek-e-Insaf (PTI) du Premier ministre Imran Khan et la puissante armée.

Les journalistes « aboient continuellement contre l’armée et il est temps de les pousser aussi en prison », a tweeté un internaute, tandis que d’autres les qualifiaient de « voleurs », de « prostituées » ou « d’ennemis de l’Etat », un utilisateur appelant à les « pendre tous ».

Critiquer les militaires est perçu comme un ligne rouge au Pakistan, journalistes et blogueurs se plaignant d’intimidations s’ils la franchissent. Des cas d’enlèvements, de passages à tabac et même d’assassinats ont été recensés.

L’année dernière, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a déclaré dans un rapport que l’armée avait « discrètement, mais efficacement, imposé des restrictions à l’information », ce que celle-ci nie.


Le hashtag #ArrestAntiPakJournalists a été « fabriqué » par des groupes pro-PTI et ne reflète pas « la véritable opinion publique », a estimé Shahzad Ahmed, dirigeant du groupe de défense des droits numériques Bytes for All.

« Il y a des groupes organisés qui sont à l’origine de ces tendances… ce qui est un phénomène très dangereux dans notre pays pour la liberté d’expression et la liberté individuelle », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le présentateur Hamid Mir était particulièrement visé sur Twitter, où il s’était indigné il y a deux jours de « restrictions croissantes à la liberté d’expression », après que son interview avec l’ex-président Asif Zardari, aujourd’hui leader de l’opposition, eut été brutalement interrompue peu après son lancement.

« C’est facile de comprendre qui l’a arrêtée, non ? », avait-il écrit. « Nous ne vivons pas dans un pays libre ».

M. Mir avait été grièvement blessé en 2014 lors d’une attaque par balles qu’il avait à l’époque imputée à l’ISI, la plus puissante des agences de renseignement militaires.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut