International › AFP

Panne d’électricité totale en Argentine et en Uruguay, rétablissement en cours

Pas d'image

Une panne d’électricité aussi inédite que massive a plongé l’Argentine et l’Uruguay dans le noir dimanche matin, à la suite d’un dysfonctionnement dans une centrale électrique.

Après quelques heures de coupure totale, plusieurs quartiers de Buenos Aires et certaines zones du pays recouvraient progressivement le courant, ont expliqué les autorités.

« Cela va durer plusieurs heures de remettre en fonctionnement la génération et distribution d’électricité », a toutefois prévenu la porte-parole d’Edesur, Alejandra Martinez.

A 07H07 (10H07 GMT) dimanche, jour de fête des pères en Argentine, « le système argentin d’interconnexion (SADI) a subi un arrêt total qui s’est traduit par une panne massive d’électricité dans tout le pays et a également touché l’Uruguay », a indiqué le Secrétariat argentin à l’Energie dans un communiqué.

D’après les autorités argentines, la panne provient « du système de transport de l’électricité depuis la centrale de Yacyreta », barrage hydroélectrique frontalier du Paraguay et centre névralgique de la distribution d’électricité en Argentine.

La coupure de courant a affecté également des scrutins électoraux dans les provinces argentines de San Luis, Santa Fe et Formosa.

A Buenos Aires, les rues étaient peu animées en cette matinée pluvieuse. Quelques supermarchés et d’autres commerces étaient ouverts, fonctionnant grâce à des groupes électrogènes.

L’Argentine, qui compte 44 millions d’habitants, et l’Uruguay – 3,4 millions – partagent un système d’interconnexion électrique. Des régions du Paraguay et du Brésil frontalières de l’Argentine ont également été touchées.

Alors que les Argentins s’apprêtaient à se réunir en famille pour la fête des pères, la fête était souvent gâchée, faute de courant électrique dans les maisons et les restaurants.


« Je ne sais pas comment on va faire. Si on ouvre ou pas. Toutes les tables sont réservées. Juste aujourd’hui… », peste Pedro Salinas, serveur du restaurant Tobago, dans le quartier de Boedo, à Buenos Aires.

« C’est la première fois que je vois ça », dit-il en plaçant des seaux sous la pluie, pour recueillir de l’eau de pluie pour les WC de l’établissement.

A Cordoba, deuxième ville du pays, la panne est l’unique sujet de conversation à la boulangerie du quartier Las Rosas. « On attend que le courant revienne », confie Maria Pia, 31 ans, qui est allée acheter du pain pour le barbecue dominical, en promenant en poussette son bébé.

Alors que la crise économique sévit en Argentine, le patron de la boulangerie Carlos Arce est désolé, car il espérait faire un bon chiffre d’affaire ce dimanche: « on ouvre car on a besoin de travailler. Mais (quand l’électricité a été coupée) 7 ou 8 tables de clients sont partis, on ne peut pas servir de cafés, ni faire marcher le four ».

Gustavo Totera, 60 ans, maugrée contre le gouvernement du président de centre-droit Mauricio Macri.

« Les gens sont furieux contre Macri pour la crise économique, mais là c’est trop. Ils ne sont même pas capables de faire fonctionner le système électrique. Ils ne savent même pas la raison de la panne », s’emporte ce militant d’Unité citoyenne, de l’ex-présidente Cristina Kirchner.

Les hôpitaux et les cliniques privées fonctionnent grâce à des systèmes spéciaux de génération d’énergie. « Le seul inconvénient, ce sont les ascenseurs. Nous n’en avons qu’un qui marche, mais tous les services opèrent sans problème », confie un infirmier de l’hôpital Fernandez.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut