International › AFP

« Pas de guerre contre l’Iran »: des manifestants défilent aux Etats-Unis

En scandant « pas de guerre contre l’Iran » et « les USA hors du Proche-Orient », des manifestants se sont rassemblés samedi à Washington, New York et à travers les Etats-Unis après la frappe américaine qui a tué le puissant général iranien Qassem Soleimani.

Devant la Maison Blanche, ils étaient environ 200 à se rassembler à l’appel d’organisations de gauche. Derrière le mot d’ordre « Retrait des USA d’Irak maintenant! Et pas de guerre et de sanctions contre l’Iran! », elles avaient convoqué ces manifestations dans quelque 70 villes.

« Nous ne permettrons pas que notre pays soit entraîné dans une autre guerre inconsciente », a lancé l’un des organisateurs à la petite foule, qui s’est ensuite dirigée vers l’hôtel Trump, non loin de la Maison Blanche.

« Besoin de détourner l’attention? Déclenchez une guerre », pouvait-on lire sur la pancarte brandie par Sam Crook, âgé de 66 ans, qui se disait « inquiet ».

« Ce pays est entre les mains de quelqu’un qui n’est pas stable mentalement, Donald Trump », a-t-il déclaré à l’AFP. « J’ai peur qu’il déclenche par inadvertance — je pense qu’il ne le veut pas vraiment — une véritable déflagration au Proche-Orient ».

Shirin, une Irano-Américaine âgée de 31 ans qui a préféré ne pas donner son nom de famille, s’est aussi dite « inquiète de la possibilité d’une guerre avec l’Iran ».

« On a déjà dépensé des trillions de dollars pour mener des guerres injustes en Irak (…) et en Afghanistan, et à quoi cela a-t-il mené? », a-t-elle expliqué, en ajoutant que l’Iran en était notamment sorti renforcé, devenant une « force politique, sociale et culturelle majeure en Irak ».


Sur Times Square, à New York, les manifestants ont défilé en brandissant aussi des panneaux appelant à ne pas entrer en « guerre contre l’Iran » et à retirer les troupes américaines d’Irak.

« La guerre n’est pas une stratégie de réélection », pouvait-on lire sur un panneau.

Des rassemblements étaient également organisés samedi à Chicago devant l’immeuble Trump Tower ou encore à Los Angeles.

C’est une frappe ordonnée par Donald Trump qui a tué vendredi à Bagdad le puissant général iranien Qassem Soleimani et l’homme de l’Iran en Irak, Abou Mehdi al-Mouhandis.

La communauté internationale redoute désormais une déflagration, après une escalade verbale et des appels à la vengeance. Washington a annoncé le déploiement de 3.000 à 3.500 soldats supplémentaires dans la région.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut