International › APA

Plus de 250 arbres plantés dans un lycée à Abidjan pour lutter contre la déforestation

Plus de 250 arbres ont été plantés dans la cour du lycée des jeunes filles de Yopougon dans l’ouest d’Abidjan à l’initiative du mécanisme international dénommé Réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+) et de l’ONG « Global Garden» pour impliquer les jeunes dans la lutte contre la déforestation en Côte d’Ivoire.« Cette journée placée sous le parrainage de l’ambassadeur du Libéria en Côte d’Ivoire a permis de réaliser un planting de plus de 250 arbres dans la cour de l’école. Cette activité éducative avait pour objectif de montrer aux élèves l’importance de l’arbre et le rôle de la forêt afin d’impliquer la jeunesse dans la lutte contre la déforestation», rapporte une note d’information transmise jeudi à APA.

 « En faisant passer des messages sur la préservation de la forêt de manière ludique et didactique, Mme Kadjo Alloua, chargée de la mobilisation des parties prenantes au Secrétariat exécutif du REDD+ et Mme Dja Marina, présidente de l’ONG « Global Garden» ont su stimuler l’intérêt des élèves pour maintenir un environnement équilibré et susciter auprès des jeunes filles de cet établissement scolaire l’envie de s’intéresser à la préservation de la forêt », souligne la note.

De son côté, Tiémoko Albertine, le proviseur de cet établissement scolaire a assuré de son engagement à faire de cette école « un lycée vert».  « La séance a été meublée par des communications sur les changements climatiques, l’importance de la forêt, le mécanisme REDD+ et des jeux de questions-réponses, des poèmes sur la forêt,  des danses et des sketchs», conclut le texte.


 Le mécanisme international REDD+, né en 2005, est une approche d’atténuation des changements climatiques. La Côte d’Ivoire a adhéré à ce mécanisme international depuis 2011 en vue de contribuer aux efforts internationaux de lutte contre les changements climatiques et pour restaurer son couvert forestier qui est passé de 16 millions d’hectares en 1960 à 3,4 millions d’hectares en 2015.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut