International › APA

Politique commerciale de l’OMC: 29 fonctionnaires de 16 pays d’Afrique formés à Abidjan

Pas d'image

Quelque 29 fonctionnaires issus de 16 pays de l’Afrique francophone ont été formés pendant huit semaines à Abidjan lors de la troisième édition des cours régionaux de politique commerciale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui a été clôturée, vendredi, dans la capitale économique ivoirienne.L’Ecole nationale supérieure de statistique et d’économie  appliquée (ENSEA) d’Abidjan a accueilli du 18 février au 12 avril 2019, cette troisième édition des Cours régionaux de politique commerciale (CRPC) à l’attention des membres et observateurs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de la région Afrique francophone.  

Se félicitant du choix de la Côte d’Ivoire après une procédure sélective pour abriter cette troisième session, Henri Ouattara, Chef de cabinet de la ministre ivoirienne du Plan et du développement s’est félicité de la qualité de la formation reçue par ces cadres qui repartent après une formation exigeante animée par des experts de l’OMC.  

« Après la session de 2017, 2018, la Côte d’Ivoire a abrité pendant huit semaines, la troisième session des Cours régionaux de politique commerciale de l’OMC destinée aux pays de l’Afrique francophone. Le renouvellement de la confiance en notre pays et à l’ENSEA est le fruit conjugué d’un bilan très satisfaisant des deux sessions précédentes et de l’engagement du gouvernement ivoirien », a déclaré auparavant le Directeur de l’ENSEA, Dr Hugues Kouadio au cours d’une cérémonie de clôture de cette troisième session.

Avec cette édition qui s’achève, a-t-il ajouté, 12 fonctionnaires ivoiriens de la Direction générale du commerce extérieur ont été formés en Côte d’Ivoire dans le cadre des CRPC.

« L’OMC est un partenaire professionnel dont nous allons partager l’expérience en matière d’organisation matérielle, logistique et pédagogique », a poursuivi Dr Kouadio, invitant les « auditeurs, à capitaliser cette formation pour une plus grande efficacité dans vos responsabilités respectives dans vos différent pays ».

L’économiste Mustapha Sekkate, chargé de la formation à l’OMC, a au nom du Directeur général  de cette organisation, Roberto Azevêdo, salué les autorités ivoiriennes pour leur disponibilité.  

« Un système commercial multilatéral qui fonctionne bien exige non seulement des règles commerciales renforcées qui soient non discriminatoires et équitables, mais aussi exige une analyse éclairée par les membres et observateurs des horizons qu’ouvrent ces règles et de la capacité d’en tirer profit », a expliqué M. Sekkate.


« Nous espérons que les connaissances que vous avez acquises à la faveur de ce cours vous permettront non seulement de travailler plus efficacement dans vos administrations respectives, mais aussi de concourir à la participation active de vos gouvernements au renforcement des succès obtenus aux précédentes conférences ministérielles tenues à Bali, Nairobi et Buenos Aires », a-t-il poursuivi, souhaitant que ces auditeurs deviennent des « négociateurs et conseillers commerciaux de premier ordre » dans leur pays.

 Pour lui, cela est  essentiel pour continuer à renforcer les règles commerciales et multilatérales.  Par conséquent, « je suis très heureux qu’à l’issue de ce programme de deux mois, 29 fonctionnaires de 16 pays de la région ont été formés avec succès », s’est félicité Mustapha Sekkate, encourageant tous les auditeurs à « participer activement ainsi qu’à faire en sorte que vos pays respectifs contribuent positivement à renforcer le système commercial multilatéral ».

Au nom des auditeurs, la Malgache Lalaharisoa Andoniaina Ramanankieferana Andrianary, a rassuré qu’après huit semaines d’intense cours, « nous avons appris les règles et procédures de l’OMC». La déléguée des auditeurs a également mis en exergue la maîtrise des stratégies dans le cadre des négociations commerciales.

Les auditeurs de cette troisième session sont issus de l’Algérie, l’Angola, du  Bénin, du Bukina Faso, des Comores, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de Madagascar, du Mali, de la Mauritanie, de la République Centrafricaine, de ka République Démocratique du Congo , du Sénégal, du Togo et de la Tunisie.

Créée en 1961, l’Ecole nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée d’Abidjan (ENSEA) est un Etablissement public national. Elle est labellisée Centre d’excellence africain  (CEA) de la Banque mondiale depuis 2015 et Centre d’excellence régional  de l’Union économique et monétaire (UEMOA) depuis 2005.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut