International › APA

Politique et répercussions du maintien de l’heure GMT+1 au menu des quotidiens marocains

L’action du gouvernement et les répercussions du maintien de l’heure de l’été sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mardi.Abordant l’action du gouvernement, +Aujourd’hui le Maroc+ affirme que grâce à la création en 2009 d’un Comité de veille stratégique, chargé de suivre les répercussions de la crise mondiale sur l’économie marocaine, cette dernière a réussi à traverser les turbulences mondiales avec le moins de dégâts possible.

L’exercice de veille stratégique a même permis à l’économie marocaine de saisir des opportunités très intéressantes en attirant les capitaux et des investisseurs au moment où ils étaient en train de redéployer leurs implantations fuyant l’effondrement qu’ont connu certains pays.

Mais dès que l’accalmie mondiale est revenue et la situation d’urgence progressivement levée, les pouvoirs publics ont abandonné cette belle expérience qui, pourtant, serait d’un grand secours aujourd’hui, déplore le journal.

La veille stratégique, telle qu’elle a fonctionné en 2009, n’apportait pas de solutions miracles, mais permettait au moins une concertation continue et intensive entre tous les agents et opérateurs économiques, notamment l’administration, les banques, le secteur privé, les experts, le tout dans une ambiance débarrassée des rapports de force et dans un seul et unique objectif: l’entreprise Maroc et rien d’autre, explique-t-il.

+L’Opinion+ estime que le gouvernement est en déphasage avec la totalité du pays et les intérêts des citoyens. « Sa marque de fabrique est désormais l’improvisation, tel que le triste épisode de changement de fuseau horaire, la non mise en œuvre des engagements pris et l’inertie », précise la publication.

Dans le même sillage, +L’Economiste+ écrit que le maintien par le gouvernement, à la surprise générale et à la dernière minute, du GMT+1, a pris de court tout le monde. Beaucoup s’en plaignent. D’autres s’interrogent sur les raisons qui ont poussé l’Exécutif à prendre cette décision impopulaire. Mais toute la question est de savoir quels en sont les impacts sur les entreprises marocaines.


Le quotidien évoque le cas des parents, salariés du secteur privé, qui doivent faire avec le réajustement annoncé des horaires d’écoles. En effet, pour accompagner le maintien de l’heure légale à GMT+1, le gouvernement a décidé de décaler l’heure de commencement des cours dans les établissements scolaires à 9 heures. Cet horaire ne correspond pas à celui du travail des parents, ce qui risque de provoquer bien des désagréments aux parents, mais aussi aux entreprises.

Il y a aussi le cas de la compagnie nationale Royal air Maroc qui, vendredi dernier, a dû réajuster l’horaire de tous ses vols programmés à partir de ce dimanche. La compagnie a ainsi annoncé à ses clients que l’ensemble des vols seront décalés de 60 minutes.

Plus globalement, un opérateur cité par le quotidien estime que le maintien de l’heure d’été tout au long de l’année est une bonne chose, dans le sens où les entreprises qui travaillent avec des clients européens peuvent désormais le faire en flux tendu. Ceci permet de travailler en temps réel avec les clients du vieux continent. De grosses pertes ces dernières années, particulièrement durant le mois de Ramadan, étaient d’ailleurs rapportées à cause de l’heure légale précédemment appliquée.

Cependant, si pour plusieurs secteurs économiques, c’est l’indifférence qui prime, ce n’est pas le cas pour l’agriculture où le maintien de l’horaire de l’été tout au long de l’année n’est pas du tout adapté aux activités des champs. Les shift de 8 heures opérés généralement par les travailleurs en seront également chamboulés.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut