International › APA

Première édition de la Jifad : trois Africaines honorées et offertes en exemple

Pas d'image

Trois femmes africaines, choisies pour « la diversité et la richesse de leurs trajectoires, leur engagement et leur combat afin de stimuler la jeune génération », ont été primées lors de la première édition de la Journée internationale de la femme africaine de la diaspora (Jifad), rapporte un communiqué de Proxi Communication reçu jeudi à APA.Il s’agit du Docteur Cécile Mukendi-Papa, médecin généraliste belgo-congolaise dans l’Essonne (France), de Me Magou Soukouna, jeune avocate franco-malienne au barreau de Bobigny (France) et d’Adja Mama F. Drammeh, commerçante autodidacte et médiatrice hors pair de la ville d’Evry (France).

Très impliquée dans l’accès aux soins pour tous, Cécile Mukendi-Papa a créé la plateforme innovante Le Primary dont l’objectif est de garantir un niveau élevé de sécurité et de qualité de soins sanitaires.

Quant à Magou Soukouna, elle a « un parcours extrêmement inspirant », selon plusieurs organisateurs de l’évènement.

La première édition de la Journée internationale de la femme africaine de la diaspora (Jifad), initiée par Oumy Sall Ndiaye, la Directrice de Proxi Communication, a eu lieu le 17 mars dernier à Bobigny, en France.

A travers cet évènement, l’organisatrice dit vouloir honorer « des femmes africaines de la diaspora de nationalités, d’âges et d’activités différents et résolument engagées pour l’autonomie financière des femmes et le leadership féminin ».


Des personnalités de la diaspora comme Germaine Lubasu, Chancelière de la République Démocratique du Congo, Awa Diop Mbacké, vice-consul du Sénégal à Paris, Aida Diop Diouf, juriste ont assisté à cette cérémonie.

En outre, Oumy Sall Ndiaye a invité des femmes porteuses de projets d’entreprenariat qui ont pu être conseillées et accompagnées par des femmes leaders présentes lors de cette Jifad. Elle a profité de cette occasion pour recommander à toutes ces femmes de « s’identifier à l’appellation de Femme Leader ».

Il y avait aussi, dans le cadre de la première édition de la Jifad, des stands d’exposition-vente mettant en valeur le savoir-faire du continent africain, un espace restauration où l’on pouvait déguster une large variété de plats africains, un espace littéraire avec de nombreuses écrivaines venues présenter leurs ouvrages et un espace enfants « Africa Kids » avec des animations et une initiation aux jeux africains.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut