International › APA

Près de 23 milliards de FCFA pour restructurer la CAMPOST

La restructuration de la Cameroon postal services (CAMPOST) nécessitera la mobilisation de 22,8 milliards de francs CFA pour la période triennale 2019-2021, a-t-on appris lundi auprès du ministère des Postes et Télécommunications.A cet effet, le Contrat-plan signé par le gouvernement et ladite entreprise prévoit que les pouvoirs publics vont mettre à disposition la CAMPOST une enveloppe de 18,3 milliards de francs CFA pendant la période indiquée, tandis que le reste de l’ardoise, soit la somme de 4,4 milliards de francs CFA seront la contrepartie de l’entreprise.

« Les fonds mobilisés par l’Etat constituent des dotations à la CAMPOST, afin de lui permettre de réaliser ses missions », précise-t-on au ministère des Postes et Télécommunications.

Le Contrat- Plan signé entre l’Etat et l’opérateur national du service postal devra permettre à terme à cette entreprise d’augmenter ses ressources propres, d’améliorer la qualité des produits et services, d’accroître sa notoriété au double plan national et international et de rationaliser les effectifs du personnel et maitriser la masse salariale.

Il devra également permettre d’augmenter des parts de marché et accroître le chiffre d’affaires de l’entreprise, d’améliorer et d’assainir sa situation financière, de contribuer à la création d’emplois et d’améliorer la participation du secteur postal à la croissance économique et au développement du pays.


De son côté, le plan de restructuration vise la restructuration organisationnelle, opérationnelle et technique de la CAMPOST dans l’optique de la mise en place d’une gouvernance saine et compétitive, la maitrise des charges d’exploitation pour les rendre compatibles avec l’activité de l’entreprise et l’assainissement du bilan et des états financiers.

Le secteur postal camerounais fait face à une conjoncture économique difficile, l’entreprise devant notamment affronter le défi de la numérisation des activités.

Une situation ayant provoqué une grève des personnels la semaine dernière à travers le pays, obligeant les pouvoirs publics à débloquer 200 millions de francs CFA pour payer les salaires des employés qui accusent près de dix mois d’arriérés.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut