International › APA

Près de 65 milliards FCFA de l’UEMOA pour 35 projets en Côte d’Ivoire

Pas d'image

Un portefeuille de près de 65 milliards de FCFA de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est consacré ces dernières années à la réalisation en Côte d’Ivoire d’infrastructures et d’équipements dans des domaines divers tels que l’agriculture, l’eau, l’environnement, l’énergie, la métrologie, les transports, les routes et l’enseignement supérieur.L’annonce a été faite, vendredi soir à Abidjan, par le Représentant résident de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, Jean Gustave Sanon lors de la célébration éclatée du 25è anniversaire de cette institution sous-régionale destinée à informer et sensibiliser davantage les populations sur le processus d’intégration ainsi que sur les programmes et projets financés par l’Union dans ce pays.

« Au cours des 25 dernières années, la Côte d’Ivoire a réalisé des performances économiques remarquables » s’est félicité M. Sanon, citant la mise en œuvre de réformes sectorielles traduite par une progression remarquable faisant passer le taux d’application de 9% en 2012 à 73% en 2018, ce qui a fait rebondir le taux de croissance annuel en moyenne de plus de 7% depuis 2012.

La bonne trajectoire de la Côte d’Ivoire pour le respect des critères de convergence de 1er rang à l’horizon 2019 et la transposition de la législation communautaire en matière de promotion du secteur privé et l’animation du marché commun, « permettent ainsi à la Côte d’Ivoire de jouer pleinement son rôle de locomotive économique de l’Union », a relevé le Représentant résident de l’UEMOA.

« Dans le domaine des programmes et projets, c’est un portefeuille de 64,427 milliards FCFA que l’UEMOA consacre à la réalisation en Côte d’Ivoire d’infrastructures et d’équipements» pour 35 projets réalisés ou en cours de réalisation « dans des domaines divers tels que l’agriculture, l’eau, l’environnement, l’énergie, la métrologie, les transports, les routes et l’enseignement supérieur », a ajouté Jean Gustave Sanon.

La Commission de l’UEMOA a également initié plusieurs réformes qui ont contribué notamment à la modernisation du cadre macroéconomique, à la facilitation des transports et des échanges commerciaux avec les autres pays de l’Union.

La Côte d’Ivoire est la locomotive de l’UEMOA avec 34,61% du Produit intérieur brut (PIB) total de l’Union en 2018.

« Après 25 ans de fonctionnement et en dépit des difficultés qui continuent de jalonner son parcours, il n’est pas exagéré de dire comme vous pourrez en juger vous-mêmes que le bilan à date de l’UEMOA constitue un réel motif de satisfaction pour les chefs d’Etat et de gouvernement », a souligné à son tour Adama Coulibaly, représentant le ministre ivoirien de l’Economie et des finances, Adama Koné.


En effet, a-t-il rappelé, en 2018, la croissance économique de l’UEMOA est ressortie à 6,6% avec l’augmentation de la demande intérieure, l’accroissement des ressources publiques affectées au financement des infrastructures et la baisse des pressions inflationnistes grâce à la stabilisation des prix énergétiques et des produits alimentaires.

« La Côte d’Ivoire, affichant un taux de croissance de 7,4% en 2018, demeure un acteur clé », a ajouté Adama Coulibaly, également directeur de cabinet du ministère ivoirien de l’Economie et des finances.

La célébration du 25è anniversaire de l’UEMOA a été lancée le 10 janvier 2019 à Ouagadougou par le Président Alassane Ouattara, Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union, en présence de son homologue du Burkina Faso, Marc Roch Christian Kaboré.

C’est le 10 janvier 1994 que les chefs d’Etat et de gouvernement des pays d’Afrique de l’Ouest ayant en partage l’usage du franc CFA ont signé à Dakar (Sénégal) le traité portant création de l’UEMOA en vue de la construction d’un espace économique harmonisé au sein duquel circulent librement les personnes, les capitaux, les biens et les services.

L’UEMOA regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut