International › APA

Présidentielle sénégalaise : l’UE condamne la violence surtout à l’égard des journalistes

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne (UE) au Sénégal a condamné, dans un communiqué reçu mercredi par APA, « tout recours à la violence durant la campagne électorale présidentielle », notamment celle ayant visé lundi 11 février dernier à Tambacounda (est) des militants et des journalistes.La Mission tient, toutefois, à exprimer ses condoléances aux familles et proches des victimes des incidents lors d’un accrochage entre un cortège du candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR, Issa Sall) et des militants de la coalition du président sortant (BBY, Macky Sall), ayant occasionné au moins deux morts.

La mission « déplore » également que des journalistes aient été également victimes des violences qui se sont produites dans cette région est du Sénégal.

«Les journalistes jouent un rôle essentiel dans la promotion du débat public et la couverture de la campagne électorale ; leur travail doit être protégé et respecté par toutes les parties concernées », estime la mission de l’UE dans le communiqué signé par son attaché de presse, Alain Chabod.

«Il est important (ainsi) que les violences constatées fassent l’objet d’enquêtes rigoureuses et impartiales », a noté l’UE.

 Par ailleurs, la mission invite tous les acteurs de l’élection présidentielle à préserver le caractère pacifique de la campagne, et à manifester leur attachement aux principes démocratiques en appelant leurs militants et services d’ordre à rejeter fermement toute forme de violence.

 «Il est primordial que les candidats aient la liberté de mener campagne tout en respectant leurs concurrents, et que la protection des candidats soit assurée dans le cadre légal ».

La mission rappelle que son mandat est d’observer l’ensemble du processus, en toute indépendance et neutralité, sauf que « le rôle des observateurs n’est pas d’intervenir dans le déroulement des élections », a indiqué la Mission de l’UE.

Les membres de la mission suivent de près toutes les étapes du processus au niveau central ainsi qu’à travers le pays, et « l’évaluent au regard des normes régionales et internationales en la matière»


La Mission présentera ses conclusions préliminaires 48 heures après le scrutin et publiera un rapport détaillé à la fin du processus, a-t-elle noté.

 

 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut