International › APA

Présidentielle sénégalaise : Wade qualifie de « téléguidée » la candidature de Madické Niang

L’ex-président sénégalais et secrétaire général national du PDS (opposition), Abdoulaye Wade, a sévèrement critiqué la décision prise par un de ses proches, Madické Niang, de se présenter à la présidentielle de février prochain, estimant que ce dernier s’adonne à « un suicide politique » car sa candidature est « téléguidée » par le chef de l’Etat, Macky Sall.«Objectivement, c’est une candidature de collusion, une candidature téléguidée par Macky Sall qui cherche désespérément, et par tous moyens, un second mandat que les Sénégalais ne sont pas prêts à lui accorder. Il faut croire que les pressions qu’exerce Macky Sall sur Madické Niang sont irrépressibles au point que notre ami accepte le suicide politique », écrit Me Wade dans un long texte dont APA a obtenu copie vendredi.

En plein tourbillon, le PDS ne parvient pas à faire l’unanimité sur le choix d’un plan B à la candidature de Karim Wade pour la présidentielle de 2019, en cas d’invalidation de son inscription sur les listes électorales par la justice. Exilé au Qatar depuis deux ans, le fils de Abdoulaye Wade est menacé d’emprisonnement s’il revient au Sénégal sans payer à l’Etat une amende de 138 milliards de FCFA, selon la Cour de répression d’enrichissement illicite (CREI).  

Face aux tergiversations de Karim Wade, Madické Wade, ancien ministre des Affaires étrangères sous le régime de Wade, a pris sur lui de faire acte de candidature.

Lorsque Madické Niang « est venu me voir récemment avec un compatriote, je lui avais pourtant dit que je me devais de le conseiller pour le protéger de toute mésaventure. Je lui ai exprimé fraternellement mon opposition totale à son projet qui m’apparaissait suicidaire », a expliqué Me Wade, soulignant lui avoir demandé « ce qu’il ferait s’il ne gagnait pas puisqu’il n’avait pas d’autre alternative. Il m’a répondu calmement : « J’abandonnerai la politique ! »

Mercredi soir, Me Madické Niang, 65 ans, a réaffirmé « (s)on appartenance au PDS, et pour qu’il continue à jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier politique et dans la marche du pays, j’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle pour assumer une candidature alternative de notre parti ».


Pour Abdoulaye Wade, 92 ans, « la seule chose qui pourrait sauver (Madické Niang), s’il se présente, ce n’est même pas de faire un bon score mais de gagner, ce qui suppose qu’au premier tour et au second , il se place devant Karim Wade, Pape Diop, Khalifa Sall, Macky Sall, Mamadou Lamine Diallo, Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko etc., bref devant tout le monde. S’il ne gagne pas, sa candidature de ‘’substitution » n’aura été, en fait, qu’une candidature de diversion destinée à aider Macky Sall en détournant certaines voix acquises au PDS et à Karim Wade ».

Par ailleurs, Abdoulaye Wade précise qu’aucune autre candidature de quelque bord qu’elle provienne, « ne saurait ni être soutenue, ni engager le PDS ».

« Un congrès régulièrement tenu le 21 mars 2015 avait pris la décision de proposer et de soutenir la candidature de Karim Wade à la prochaine élection présidentielle. Madické Niang avait participé pleinement à ces assises, occupant même une position de pointe », rappelle le premier président de l’alternance politique au Sénégal (2000 – 2012).


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut