International › AFP

Prêtres pédophiles: la Virginie enquête à son tour

Les autorités judiciaires de Virginie ont annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête pour déterminer si des prêtres catholiques ont commis des agressions pédophiles dans les diocèses de l’Etat et si leur hiérarchie les a couverts.

La Virginie rejoint ainsi une dizaine d’Etats américains ayant initié des investigations –sous des formes diverses– depuis la publication en août d’un rapport sur des abus commis pendant des décennies par 300 « prêtres prédateurs » de Pennsylvanie sur au moins 1.000 enfants.

« Il n’y a pas de raison de penser que les abus se sont limités à un diocèse ou à la Pennsylvanie », a commenté dans un communiqué le procureur général de Virginie, Mark Herring, que la lecture de ce rapport a rendu « malade ».

« S’il y a eu des abus ou des scandales étouffés en Virginie, je veux le savoir, je veux les mettre au jour et je veux aider les victimes à obtenir justice », a-t-il ajouté.

Pour ce faire, ses services ont ouvert une ligne téléphonique dédiée et un site internet pour recueillir 24 heures sur 24 les témoignages d’éventuelles victimes qui pourront parler de manière anonyme si elles le souhaitent. Des policiers traiteront ensuite leurs propos, selon ce communiqué.

La capitale fédérale Washington, qui jouxte la Virginie, a annoncé lundi l’ouverture d’une hotline comparable.


les procureurs de New York et du New Jersey, à forte population catholique, se sont également mobilisés, assignant leurs diocèses à comparaître, demandant à voir leurs archives et lançant des appels à témoins.

Le Missouri, le Nouveau-Mexique ou le Nebraska ont aussi commencé à éplucher les archives de leurs diocèses. Le procureur du Kentucky entend lui mettre sur pied un grand jury pour enquêter.

La justice fédérale, qui dispose de moyens renforcés par rapport aux Etats, leur a emboîté le pas la semaine dernière en assignant les diocèses de Pennsylvanie à comparaître.

Le scandale des prêtres pédophiles en Pennsylvanie a causé une onde de choc au sein de l’Eglise catholique américaine.

L’archevêque de Washington Donald Wuerl, 77 ans, accusé d’avoir contribué à étouffer le scandale quand il était évêque de Pittsburgh (Pennsylvanie) de 1988 à 2006, a été contraint à la démission.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut