International › APA

Rabat : Création de la Fondation pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques

La Fondation pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, dite « Fondation Initiative AAA », a été créée, mercredi à Rabat, à l’issue d’une Assemblée générale constitutive tenue en présence de responsables marocains et africains.La fondation a pour but d’œuvrer en vue de réduire la vulnérabilité de l’agriculture africaine face aux changements climatiques, et de constituer une force de proposition auprès des pouvoirs publics africains en vue d’inscrire, de manière prioritaire, des projets relatifs à cette question dans leurs politiques publiques.

S’exprimant lors de l’assemblée générale constitutive, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a rappelé que l’Initiative AAA a été créée sous l’impulsion du Roi Mohammed VI, et a été promue par le Souverain durant la COP22 à Marrakech (novembre 2016) et le 28ème Sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba (janvier 2017).

La fondation s’emploiera à promouvoir les projets agricoles sur le continent africain en leur assurant un accompagnement et un suivi grâce à un label triple A qui leur permettra d’accéder à des fonds internationaux et d’assurer leur réussite sur le continent, a-t-il souligné.

Pour sa part, le ministre délégué chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli, a relevé que cette initiative s’inscrit dans la lignée de la vision de SM le Roi pour l’Afrique et vise à rassembler les bailleurs de fonds pour le financement de projets en vue de développer l’agriculture en Afrique.

L’agriculture est fondamentale pour le continent dans la mesure où elle permet à plus d’un tiers de la population africaine de subvenir à leurs besoins, a-t-il fait observer, notant que 70% des terres arables dans le monde se situent en Afrique et que 70% des revenus africains proviennent de l’agriculture.

De son côté, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural de la Côte d’Ivoire et ex-Président de la Conférence régionale des ministres de l’Agriculture de la FAO, Mamadou Sangafowa Coulibaly, a salué cette initiative portée par le Maroc, qui revêt un intérêt majeur pour l’Afrique, tout en soulignant l’importance d’investir dans l’adaptation de l’agriculture africaine face aux effets du changement climatique.


Le ministre ivoirien a également mis en avant l’engagement de près d’une trentaine de pays africains et de partenaires multilatéraux dans l’initiative AAA, qui se veut un instrument pertinent de coopération Sud-Sud et contribue à un partage d’expériences réussi, notamment à travers la mobilisation de financements conséquents et la création de programmes pertinents.

La directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, Marie Françoise Marie-Nelly, s’est également félicitée de cette initiative africaine qui représente un « moment fort » pour le continent, soulignant qu’une agriculture développée contribue à la création de l’emploi et de la richesse ainsi qu’à la réduction de la pauvreté en Afrique.

Cette initiative s’inscrit non seulement dans le cadre du partenariat Sud-Sud, mais elle renforce également le partenariat entre l’Afrique et d’autres continents, notamment l’Asie, ainsi qu’avec des instituts de recherche à l’échelle internationale, a-t-elle dit.

 Lancée par le Maroc durant la COP22 qui s’est tenue à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, l’Initiative AAA a été saluée par le Sommet Africain de l’Action qui s’est tenu le 16 novembre 2016, en marge de la COP 22 sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI.

Cette Initiative a pour ambition de réduire la vulnérabilité de l’agriculture africaine face aux changements climatiques. Elle se distingue par une démarche pragmatique orientée vers la promotion de projets à fort potentiel au bénéfice des peuples africains et le financement de projets prioritaires de nature à lutter contre les impacts des changements climatiques sur l’agriculture en Afrique tout en assurant la sécurité alimentaire de tous les Africains.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut