International › APA

RCA: une délégation multipartite pour la mise en œuvre de l’accord de Khartoum

Pas d'image

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), l’Ambassadeur Smail Chergui et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix sont arrivés, dimanche à Bangui, pour mobiliser et aider à faire avancer l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, signé le 6 février dernier entre le Gouvernement centrafricain et 14 groupes armés.« Les deux responsables seront rejoints lundi par le Directeur Afrique de l’Union européenne (UE), Koen Vervaeke pour une mission conjointe UA-ONU-UE qui prendra fin ce jeudi », informe un communiqué de la mission onusienne en Centrafrique (MINUSCA).

Face aux journalistes, le Commissaire à la paix et à la sécurité s’est réjoui de la présence de cette mission à Bangui qui, selon lui, est « tournée vers la consolidation du dialogue entre toutes les filles et fils de ce pays ».

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies a souligné que le moment est à la mobilisation de tous « pour avancer rapidement dans la mise en œuvre de l’Accord ». « Aujourd’hui, a dit Jean-Pierre Lacroix, il y a une fenêtre d’opportunités et il ne faudrait pas la laisser se refermer et nous sommes là pour aider à cette mobilisation ».

Selon lui, cette mission a aussi pour objectif de « regarder avec tous les partenaires de la RCA comment nous pouvons soutenir le plus vite et le plus efficacement possible la mise en œuvre de tous les éléments clés de l’Accord ».


La mission conjointe UA-ONU-UE, outre les rencontres avec les plus hautes autorités de l’État, les partis politiques, les diplomates et la société civile, visitera une préfecture de Centrafrique et prendra part mercredi prochain à Bangui, à la deuxième réunion du Groupe International de Soutien (GIS) à la RCA, destinée à renforcer l’appui de la communauté internationale à la mise en œuvre de l’Accord.de Khartoum.

Interrogés sur la violence enregistrée dans certaines zones de la RCA, malgré la signature de l’Accord de paix, les deux responsables ont souligné la responsabilité des parties en conflit.

« C’est l’un des objectifs de cette visite conjointe, à savoir rappeler aux uns et aux autres les responsabilités qui sont les leurs et qui découlent de l’Accord de paix. Nous attendons que la paix, la stabilité, le dialogue se renforcent chaque jour », a indiqué Jean-Pierre Lacroix, tout en reconnaissant qu’il y a encore beaucoup de travail et d’investissements à faire sur le terrain pour rapprocher les cœurs et mettre derrière soi « cette page hideuse et difficile pour la nation centrafricaine ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut