International › AFP

Région du lac Tchad: Idriss Déby dénonce « de fortes complicités locales » avec Boko Haram

Le président tchadien Idriss Déby a dénoncé mardi « de fortes complicités locales » avec le groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans la région du lac Tchad, appelant à dénoncer « tous ceux qui servent de relais aux terroristes ».

« Si les terroristes peuvent pénétrer dans les lignes intérieures de nos forces de défense et poser des mines, c’est qu’ils bénéficient assurément de fortes complicités locales. C’est pourquoi j’en appelle à la prise de conscience patriotique des populations. Il faut dénoncer et dissuader, en toute responsabilité, tous ceux qui servent de relais aux terroristes », a déclaré le président tchadien devant des leaders religieux à la grande mosquée de N’Djamena.

« La multiplication des attaques terroristes dans la région du Lac Tchad doit nous préoccuper à plus d’un titre car elle met en péril la quiétude et la sécurité, acquises au prix d’immenses sacrifices », a-t-il dit.

« Nous assistons présentement à une nouvelle forme d’attaque terroriste comme le prouve l’explosion d’une mine qui a récemment causé la mort de 4 soldats et d’un caméraman de la télévision nationale », a ajouté M. Déby.

Quatre militaires tchadiens et un journaliste de la télévision nationale ont été tués samedi dans l’explosion de leur véhicule sur une mine dans l’ouest du Tchad, alors qu’ils se rendaient sur une position de l’armée attaquée par Boko Haram, selon des sources sécuritaires.


La région du lac Tchad est le théâtre d’un regain d’attaques du groupe jihadiste nigérian depuis juin 2018: au moins huit attaques de Boko Haram ont eu lieu en territoire tchadien.

Fin mars, 23 soldats tchadiens avaient été tués dans l’attaque d’une base avancée sur la rive nord-est du lac.

L’insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays, et a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.

Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée dans la région du lac Tchad avec l’aide de comités de vigilance composés de citoyens locaux.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut