International › APA

Religion et éducation au menu des quotidiens burkinabè

Pas d'image

Les journaux burkinabè parus ce vendredi, font écho de la grève organisée la veille, par la Coalition nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), sans oublier de commenter des sujets liés à la religion, notamment, les préparatifs de la fête chrétienne de Pâques et du pèlerinage à la Mecque 2019.Le journal privé Le Pays renseigne que pour le Hadj 2019, «le gouvernement accorde une subvention de plus d’un milliard de F CFA aux pèlerins burkinabè». Une annonce  faite, hier jeudi lors d’un point de presse animé par le ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo.

Pour sa part, le quotidien à capitaux publics Sidwaya fait observer que lors de la rencontre avec les journalistes, le ministre Sawadogo a également annoncé que pour le Hadj  2019, «il faut débourser 2.132.000 F CFA».

A ce sujet, Aujourd’hui au Faso, quotidien privé affiche : «Hadj 2019 : Coût de participation fixé à 2.132.000 F CFA», tandis que L’Observateur Paalga fait remarquer que cette année, «le coût est en baisse de 153 000 F CFA».

A deux jours de Pâques, Sidwaya parle de cette fête chrétienne comme d’«une solennité chargée d’obligation pour le chrétien».

Pour sa part, Le Pays propose «les horaires des offices du triduum pascal» dans l’archidiocèse de Ouagadougou et l’église des Assemblées de Dieu de Gounghin.

De son côté, L’Observateur Paalga, le plus vieux des quotidiens privés burkinabè, dans sa rubrique ‘’Intelligence africaine de la foi », publie un texte de l’Assomptionniste Jean-Paul Sagadou, intitulé «le crucifié-ressuscité des Negro spirituals».

Le même journal parle de l’insécurité au Burkina Faso et titre : «Les hommes de Chériff (Moumina SY, ministre de la Défense, Ndlr) font le point».


Le confrère relate que comme on pouvait s’y attendre, l’insécurité au Burkina Faso est au centre du premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de la Défense, ouvert hier jeudi à Ouagadougou.

Evoquant le mouvement d’humeur des enseignants, L’Observateur Paalga titre : «Syndicats de l’éducation : Après la trêve, la grève».

A lire l’article,  «marche-meeting, remise de message ont été les actes majeurs de la grève décrétée par la Coalition nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) le jeudi 18 avril 2019».

A ce propos, le journal privé Le Quotidien arbore : «24 H de grève de la CNSE : Forte mobilisation des enseignants».

C’est à juste titre que Le Pays arbore cette vitrine : «Grève des enseignants : des établissements scolaires paralysés à Ouaga», là où Sidwaya mentionne : «L’+avertissement+ des enseignants».

Aujourd’hui au Faso cite ces propos du Secrétaire général de la CNSE, Bonaventure Bélem, à l’issue du mouvement d’humeur : «la lutte engagée se poursuivra jusqu’à la victoire».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut