International › APA

Renforcement de capacité de spécialistes ivoiriens face aux catastrophes naturelles

Plusieurs acteurs de l’environnement renforcent leur capacité dans l’optique d’accroître leurs connaissances sur l’évaluation des risques de catastrophe, a constaté lundi APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Selon le Directeur-Pays adjoint du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Luc Gnonlonfoun, «cet atelier est aussi important qu’il intervient cinq mois après les inondations  qui ont causé dans le pays d’importants dégâts  matériels et des pertes  en vie humaines ».

Ces événements tragiques, a-t-il souligné, « ont remis à l’avant-garde des priorités, les défis en matière de préventions  de préparation, et de réponses aux aléas hydro climatiques en Côte d’Ivoire».

Pour lui, « il est primordial de voir, de comprendre les conséquences  directes et indirectes de telles catastrophes  puisqu’elles affectent fortement l’environnement, les infrastructures, les activités économiques et les opportunités d’emplois sans oublier le cortège de victimes  qu’elles induisent ».

Par ailleurs, le représentant du Système des Nations unies à ces travaux, a salué les efforts déployés par le continent africain, qui «  est devenu le chef de file  dans le domaine de la réduction des risques  de catastrophe » .

« Le gouvernement attend beaucoup des conclusions de cet atelier », a indiqué le ministre ivoirien de l’environnement et du développement durable, Joseph Séka-Séka qui reste convaincu que «pour espérer construire une meilleure résilience  au niveau de la communauté et de leur environnement face aux catastrophes,  il faut investir dans la réduction des risques des catastrophes »,

 Poursuivant,  il a fait savoir que cela « ne peut se faire que si les acteurs nationaux disposent  d’une  bonne connaissance du profil des risques en présence ».


 Le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR) a engagé la CIMA Research Foundation (Centro Internazionale in Monitoraggio Ambientale) pour générer des profils de risque sur les inondations et la sécheresse dans 16 pays d’Afrique subsaharienne.

Les pays qui participeront à l’évaluation des risques sont: Angola, Botswana, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale, Kenya, Namibie, Rwanda, Sao Tomé, Swaziland, Tanzanie et Zambie.

Cet atelier  a lieu dans chacun des 16 pays pour partager et discuter des résultats des Profils de risque réalisés par CIMA, en vue de renforcer la résilience face aux catastrophes naturelles dans les régions, pays et communautés d’Afrique subsaharienne.

Le principal objectif de l’atelier est d’accroître la connaissance des risques, la participation et l’engagement des parties prenantes grâce à une meilleure sensibilisation à l’évaluation des risques de catastrophe et à la modélisation des risques. Ces assises compléteront les activités en cours consacrées à l’élaboration des profils de risque probabilistes pour les aléas liés aux inondations et à la sécheresse.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut