International › APA

Roi Mohammed VI : L’Afrique sera un acteur « central » du Pacte mondial sur les migrations

Le Roi Mohammed VI a affirmé que l’Afrique ne sera pas l’objet du Pacte Mondial sur les migrations, mais elle en sera un acteur central.« Le Pacte Mondial sur les migrations n’est pas une fin en soi. Il ne fait sens que par sa mise en œuvre effective. C’est pourquoi, la Conférence de Marrakech est, avant tout, un appel à l’action. A cet appel, l’Afrique répond d’ores et déjà présent ! Elle n’entend pas être en marge. L’Afrique ne sera pas l’objet du Pacte Mondial. Elle en sera un acteur. Un acteur central », a dit le Souverain dans un message adressé à la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial sur des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui a ouvert ses travaux ce lundi à Marrakech.

Le Roi a indiqué, dans ce sens, que l’Agenda Africain pour la Migration définit sa feuille de route. Pionnier, il a anticipé l’importance, consacrée par le Pacte Mondial, de la connaissance des dynamiques migratoires.

Cet Agenda a dédié à cet objectif une institution à part entière à savoir l’Observatoire Africain des Migrations, qui aura son siège au Royaume du Maroc, et qui a été appuyé nommément par le Pacte, a rappelé le Souverain.

Il a à cet égard, formé le vœu de voir le travail de cet Observatoire, « démultiplié par une mise en réseau avec les institutions similaires dans les autres régions ».

« A chaque étape des routes migratoires, à chaque degré d’intégration, à chaque niveau de complémentarité entre développement et migration, c’est la voix de la jeunesse que nous entendons, et c’est à ses besoins que nous répondons », a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter que : « Entre le laxisme inacceptable et le tout sécuritaire insupportable, il y a une voie que nous ouvrons aujourd’hui. Une voie qui oppose la souveraineté solidaire au nationalisme excluant, le multilatéralisme à l’ostracisme, et la responsabilité partagée à l’indifférence institutionnalisée ».


Pour lui, il s’agit en définitive de « mettre fin au désordre, tout en mettant de l’humanité dans l’ordre ».

« La page de l’Histoire qui s’écrit aujourd’hui, à Marrakech, honore la Communauté internationale, et la porte, un pas de plus, vers un nouvel ordre migratoire, plus juste et plus humain », a souligné le Roi Mohammed VI.

Pour rappel, le Pacte mondial en faveur d’une migration, sûre, ordonnée et régulière a été adopté ce lundi matin à Marrakech, en présence de représentants de 159 pays étaient présents, sur les 193 membres de l’ONU.

Cet événement est organisé par l’ONU et présidé par ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita, en présence du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres et d’une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement, et de ministres des Affaires étrangères.

Le pacte mondial des migrations n’est pas un document juridique contraignant et ne s’inscrit pas non plus contre la souveraineté des Etats.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut