International › AFP

Royaume-Uni: déchue de sa nationalité, Shamima Begum appelle les autorités à réévaluer sa situation

Shamima Begum, partie rejoindre les jihadistes du groupe Etat islamique en Syrie en 2015 et déchue mardi de sa nationalité britannique, a appelé jeudi les autorités du Royaume-Uni à « réévaluer » sa situation.

« J’aimerais qu’elles réévaluent mon cas avec plus de clémence dans le cœur », a déclaré la jeune femme de 19 ans à la chaîne Sky News, qui l’interrogeait dans le camp de réfugiés d’Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, où elle se trouve actuellement. « J’ai la volonté de changer », a-t-elle ajouté.

La jeune femme avait exprimé l’intention de revenir au Royaume-Uni, mais elle a été déchue mardi de sa nationalité britannique, sur décision du ministre de l’Intérieur Sajid Javid, qui a invoqué des raisons de sécurité.

Shamima Begum, qui a donné naissance au cours du week-end à son troisième enfant, a annoncé qu’elle refuserait qu’il soit séparé d’elle pour rentrer au Royaume-Uni. Ses deux précédents enfants, nés après son départ vers la Syrie, sont décédés de maladie et de malnutrition.


Selon le quotidien The Guardian, l’avocat de la famille de la jeune femme, Tasnime Akunjee, prévoit de se rendre « aussi vite que possible » en Syrie pour obtenir son consentement au rapatriement de l’enfant, et préparer une procédure visant à contester en appel sa déchéance de nationalité, qui risque de la laisser apatride.

Le Bangladesh, pays d’origine des parents de Shamima Begum, a catégoriquement refusé d’accueillir la jeune femme. « Shamima Begum n’est pas une citoyenne bangladaise », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Shahriar Alam. « Elle est une citoyenne britannique de naissance et n’a jamais demandé la double nationalité avec le Bangladesh. Il n’est pas question qu’elle soit autorisée à entrer au Bangladesh ».

Le Royaume-Uni a le pouvoir de déchoir un citoyen de sa nationalité s’il estime que cela relève de « l’intérêt général », et à condition que cela ne le rende pas apatride, conformément à la convention de New York du 30 août 1961 qu’il a ratifiée.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut