International › AFP

Royaume-Uni: les parents d’une victime du Novitchok réclament des comptes au gouvernement

Les parents de Dawn Sturgess, la Britannique décédée en juillet après avoir été contaminée à l’agent innervant Novitchok, quelques semaines après l’affaire Skripal, se sont publiquement exprimés pour la première fois samedi, réclamant des comptes au gouvernement.

Décédée le 8 juillet 2018 à 44 ans, Dawn Sturgess était une personne « pétillante, intelligente, spirituelle et joyeuse », a assuré sa mère, Caroline Sturgess, dans un entretien publié par le quotidien The Guardian. « Elle voulait que tout le monde soit heureux. Elle était forte et courageuse ».

Originaire de Durrington (sud-ouest de l’Angleterre) et mère de trois enfants, Dawn Sturgess avait été contaminée au Novitchok, un puissant agent innervant de conception soviétique. Elle s’était aspergée de ce qu’elle pensait être un parfum, offert par son compagnon, Charlie Rowley, qui avait « trouvé » et « ramassé » la bouteille. Lui même avait été hospitalisé plusieurs semaines, mais a survécu.

La mort de Dawn Sturgess était survenue quelques semaines seulement après la tentative d’empoisonnement au Novitchok de Sergueï Skripal, un ex-espion russe installé à Salisbury, et sa fille Ioulia. Tous deux avaient été hospitalisés dans le coma, avant de se rétablir. La tentative d’empoisonnement avait été attribuée par Londres à Moscou, qui avait nié toute implication.


Stan Sturgess, le père de Dawn, a déclaré ne pas se soucier que les auteurs présumés de l’attaque contre les Skripal, deux membres des services de renseignement russes selon la police britannique, soient arrêtés. « Je n’en fais pas une affaire personnelle », a-t-il expliqué. « S’ils avaient spécifiquement ciblé Dawn, cela aurait été différent ».

Le couple réclame par contre des comptes au gouvernement et aux autorités britanniques. « Qu’est ce qu’ils cachent ? Je ne pense pas qu’ils nous aient présenté tous les faits. Si je dois blamer quiconque, c’est le gouvernement, pour avoir installé Skripal à Salisbury », a souligné Stan Sturgess. « Je demande justice ».

Ancien colonel du service de renseignement de l’armée russe, SergueÏ Skripal avait été condamné en 2006 pour « haute trahison », accusé d’avoir vendu des informations aux Britanniques. Il avait bénéficié en 2010 d’un échange d’espions organisé entre Moscou, Londres et Washington, et s’était établi en Angleterre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut