International › APA

Sécurité, économie et sport au menu des quotidiens marocains

La nouvelle approche sécuritaire, la proposition du gouvernement de privatiser certaines entreprises publiques, la question amazighe et le match retour pour le compte de la demi-finale de la Coupe de la CAF sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce vendredi.+Al Ahdath Al Maghribia+ rapporte que la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a décidé d’adopter une nouvelle approche dans la gestion de la lutte contre la criminalité. C’est ce qui ressort de la circulaire adressée par Abdellatif Hammouchi à toutes les préfectures de police du royaume. Il y fait mention, notamment, d’une nouvelle stratégie pour combattre les crimes violents et affronter leurs auteurs, tout en respectant les droits et les libertés des personnes. Pour ce faire, les commandos d’intervention devront être parfaitement préparés, aussi bien en moyens humains que logistiques, tout en prenant en considération la configuration du terrain d’intervention et le degré de dangerosité des suspects.

Selon le journal, cette circulaire appelle à une mobilisation de tous les services (Police judiciaire et urbaine) afin d’intensifier la présence policière sur la voie publique. Une formule qui nécessite l’élaboration de nouveaux mécanismes de travail et des approches préventives sophistiquées qui permettront de réprimer toute atteinte aux biens de l’Etat et de combattre avec rigueur et efficience toute forme de criminalité. Il va de soi, ajoute la circulaire, que ce dispositif doit respecter les obligations législatives en vigueur et celles du code de la route, tout en veillant à la protection des droits et des libertés individuelles et collectives.

+Al Massae+ fait savoir que les services du ministère de l’Economie et des finances se penchent actuellement sur la finalisation d’une liste d’entreprises à privatiser dès 2019, liste qui sera soumise à l’approbation du Parlement. La même source ajoute que l’objectif est non seulement de renflouer les caisses de l’Etat, mais aussi de se «débarrasser» d’entités devenues de véritables gouffres financiers.

La publication précise que le principe de recourir aux privatisations a été acté, depuis plusieurs mois déjà, entre les principales composantes de l’Exécutif, puisque l’ancien ministre, Mohamed Boussaïd, a longuement défendu cette approche. Pour ce dernier, il faut que l’Etat sorte des secteurs qui lui coûtent cher alors qu’ils peuvent être mieux gérés par le privé, et se réserver aux entreprises et établissements publics dont les activités portent une vision étatique.

Bien qu’il précise que la liste des entreprises et établissements publics concernés par cette nouvelle vague de privatisations n’est pas encore rendue publique, le quotidien spécule sur deux organismes: l’Office national des aéroports (ONDA) et l’ONCF, longtemps évoqués comme des entités privatisables.

+Al Bayane+ revient sur la question amazighe. Certes, la langue amazighe s’est déjà officialisée dans la Constitution, mais il a fallu poursuivre le combat de la mise en œuvre de cette composante indivisible de l’identité nationale, à travers les processus d’application, suggère la publication.


L’officialisation concrète de la langue amazighe et les mécanismes d’activation, tels sont les soucis majeurs de l’après constitutionnalité de la langue amazighe, constate-t-il, soulignant la nécessité de valoriser les positions favorables à l’égard de la question amazighe dont le mouvement progressiste a été pendant longtemps un fervent défenseur.

+Al Massae+ croit savoir que les joueurs du club nigérian menacent en effet de boycotter cette rencontre décisive dans le cas où ils ne perçoivent pas leurs primes.

La presse locale fait état de la gronde des joueurs d’Enyimba, qui ont promis à leurs dirigeants de se qualifier en finale de la Coupe de la CAF dans le cas où ils perçoivent leurs primes avant le match de Casablanca, détaillent nos confrères arabophones. Les cadres de l’équipe ont même réclamé une médiation du maire de la ville d’Aba, ville où évolue Enyimba, afin qu’il fasse pression sur les dirigeants du club pour qu’ils versent les primes des joueurs avant le match de mercredi.

Depuis leur défaite au match aller un à zéro contre les verts, plusieurs joueurs d’Enyimba ont multiplié les sorties médiatiques afin d’exprimer leur colère concernant leur situation matérielle au sein du club.

Dans ces mêmes sorties médiatiques, les joueurs ont imputé leur défaite au nombre important de matchs qu’ils ont dû jouer avant le match aller contre le Raja, promettant ainsi à leurs supporters de pouvoir renverser la tendance au match retour.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut