Société › Environnement

Sénégal : des acteurs de l’assainissement formés sur la normalisation

L’assainissement non collectif est le plus répandu dans les ménages sénégalais avec par ordre d’importance la fosse septique, la latrine VIP et la fosse non ventilée.

Au Sénégal, 71% de la population a accès à l’assainissement amélioré dont seulement 5,4% à l’assainissement collectif (exclusivement en milieu urbain) contre 65,6% à l’assainissement non collectif ; 11,4% utilise des ouvrages non améliorés d’assainissement non collectif ; et 17,6% pratique la défécation à l’air libre.

Pour amener les acteurs du service public de l’assainissement à réduire l’impact environnemental, l’Association sénégalaise de normalisation (ASN) a débuté, ce lundi à Dakar, une formation de trois jours sur les normes internationales dans le domaine de l’assainissement autonome.

Les normes ISO 24521, ISO 30500, ISO 31800 et la norme NS 17-074 constituent les premières normes spécifiques au secteur de l’Assainissement autonome. Si les trois premières normes sont internationales et couvrent ensemble la totalité de la chaine de services, la norme NS 17-074 spécifie les exigences relatives aux ouvrages de stockage domestiques des boues de vidanges communément appelés fosses septiques.


ISO 24521 est une norme de gestion des services de traitement des eaux usées domestiques de base, ISO 30500 et ISO 31800 regroupent les exigences générales de sécurité et de performance applicables aux technologies novatrices d’assainissement.

« Rendre effectif, l’accès universel à l’assainissement nécessitera des efforts supplémentaires et communs ainsi que des approches innovantes. Ces approches impliquent d’intégrer les systèmes d’assainissement aux stratégies des villes intelligentes et durables, de créer une économie circulaire où les déjections humaines deviennent des ressources utiles et de favoriser le développement d’un nouveau marché », a indiqué Abdourahmane Ndione, Directeur général de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN).

Pour Omar Sène, l’importance de la normalisation n’est plus à démontrer. « Elément contribuant résolument à la qualité des produits et des ouvrages, elle est aussi et surtout facteur de compétitivité économique, d’amélioration des conditions socio- sanitaires et de viabilité environnementale. C’est donc un outil qui contribue de manière certaine à l’amélioration des conditions de vie de nos populations et au-delà au développement durable », a-t-il dit.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut