International › APA

Sénégal : interdit de rassemblement, un groupement de la société civile persiste

Pas d'image

La plateforme « AAR LI NU BOKK » (préserver le bien commun), fondée au lendemain de l’enquête de la BBC sur les contrats pétroliers au Sénégal, a, en dépit d’une interdiction préfectorale, décidé de maintenir son rassemblement « pacifique » prévu ce vendredi à 15h à la Place de la Nation de Dakar.La manifestation de cette plateforme regroupant plusieurs organisations et personnalités de la société civile, dont un imam, vise à exiger de l’Etat de revoir les contrats pétro-gaziers qui sont à l’origine de l’enquête de la BBC. Intitulée « Scandale à 10 milliards », l’enquête accuse notamment Aliou Sall, le frère du président Macky Sall, d’avoir reçu des pots-de-vin.

En conférence de presse vendredi matin,  « AAR LI NU BOKK » réclame toute la lumière sur cette affaire, par le biais surtout de la justice.

Par ailleurs, le porte-parole du jour de la plateforme, Aliou Sané du mouvement « Y’en a marre », a expliqué que c’est vendredi « à 9h », qu’on leur a notifié l’arrêté d’interdiction après que les organisateurs de la marche se sont rendus au commissariat. Au demeurant, M. Sané a reconnu avoir eu vent la veille, dans les médias, de cette mesure prise par le préfet de Dakar.

Les motivations qu’il a avancées, selon M. Sané, sont entre autres « les menaces réelles de trouble à l’ordre public » et le « risque d’intrusion d’individus malintentionnés ».

Par ailleurs, il soutient que la plateforme avait déposé une « lettre d’information » à l’intention du préfet pour la tenue de ce rassemblement, mais que la réponse de ce dernier est datée du « 8 mai 2019 ». Ce qui à ses yeux est problématique au point de vue des procédures.


Toutefois, a précisé Aliou Sané, entouré de ses camarades qui ont chanté en communion l’hymne national avant de parler à la presse, AAR LI NU BOKK est en conformité avec « les lois et règlements » du pays en suivant leur logique. Pour lui, la Constitution sénégalaise permet aux citoyens de manifester quand ils sont en « désaccord » avec la gestion des pouvoirs publics.

Et « l’enjeu aujourd’hui est plus forte que toute crainte. (…) Nous avons appelé à une manifestation pacifique », a-t-il insisté, ne se faisant point de doute sur la menace qui pèserait sur « l’intégrité physique » des manifestants.

« Il n’est pas donné à n’importe qui de faire partie de ceux qui écrivent l’histoire de leur pays », a souligné le y’en-a-marriste, estimant que « les actes que nous poserons auront un impact » sur le futur du Sénégal.

Par ailleurs, Aliou Sané ne voit pas de mélange de genre par rapport à leur manifestation et l’ouverture de l’information judiciaire du procureur sur cette affaire des contrats pétro-gaziers… même s’il note qu’il y a « une crise de confiance entre l’institution et les citoyens ».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut