International › APA

Sénégal : lancement d’une école privée polytechnique d’ingénieurs

L’Ecole centrale polytechnique d’ingénieurs (ECPI), une « toute nouvelle école d’excellence » sénégalaise, va démarrer ses activités en novembre prochain et se veut être une réponse au besoin de formation d’une « masse de compétences », a assuré mercredi à Dakar son président directeur général, Mouhamadou Sall.« Au Sénégal, il n’y a (pratiquement) pas de formation d’ingénieurs dont la compétence correspond aux besoins (du marché). L’ECPI est une réponse à ce besoin de formation de masses de compétences », a déclaré M. Sall, ouvrant la cérémonie de lancement du nouvel établissement qui offrira à ses futurs étudiants une palette d’avantages.

Ces « faveurs » se déclinent sur trois axes : l’intégration dans le cycle d’ingénieur d’une école partenaire en France (ESIEE Paris), l’échange ECPI-ESIEE et la collaboration en recherche et développement.

Aussi « les sortants de l’ECPI pourront se préparer aux concours en France », a poursuivi M. Sall, soulignant que l’établissement « est un message d’espoir pour la jeunesse ». L’ECPI se prépare « à accueillir (ses) premiers étudiants pour l’année académique 2018-2019 », a-t-il ajouté.

Pour l’administrateur de l’ECPI, Youssoupha Diop, ce nouvel établissement est « le résultat d’une synergie entre des visionnaires » qui ont accumulé « de longues expériences » dans le monde des entreprises et qui envisagent de « former des ressources humaines de qualité ».


Toutefois, celles-ci n’auront rien à voir avec ces diplômés venus garnir le taux de leur insertion au Sénégal « qui ne dépasse pas 30% », selon M. Diop. Ce « faible taux » est en effet causé par la délivrance de diplômes qui ne permettent pas à ces chômeurs de « répondre à leur besoin opérationnel immédiat », a-t-il expliqué.

« Nous saluons la pertinence du projet adapté au contexte d’émergence », a pour sa part indiqué le représentant du ministre de l’Education nationale, Macodou Dièye, soulignant que le Sénégal « a énormément besoin d’ingénieurs », notamment dans le domaine du numérique.

Enfin pour le représentant de l’ambassadeur de la France, Laurent Perez-Vidal, cette « initiative (ECPI) est l’illustration du dynamisme noté au Sénégal », avec l’exemple du nouveau lycée d’excellence de Diourbel (centre) qui a obtenu de brillants résultats lors du dernier Concours général.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut