International › APA

Sénégal: les enseignants, auteurs de 42% des abus sexuels à l’école (ONG)

Au Sénégal, les enseignants sont responsables de 42% des cas de violences sexuelles en milieu scolaire, selon un rapport de l’Ong Human Rights Watch (HRW) publié, jeudi à Dakar, et qui porte sur quatre régions, à savoir Dakar (ouest, la capitale), Ziguinchor, Sédhiou et Kolda (sud).Intitulé « Ce n’est pas normal : Exploitation, harcèlement et abus dans des écoles secondaires au Sénégal », le rapport révèle que les enseignants abusent de leur autorité pour obtenir de leurs élèves des relations sexuelles en échange d’argent, de bonnes notes, de la nourriture, des téléphones portables ou des vêtements neufs.

S’appuyant sur une étude gouvernementale sur la violence à l’encontre des enfants dans les écoles réalisée en 2012, Human Rights Watch souligne que 37% des 731 filles victimes d’exploitation sexuelle, de harcèlement ou de viol l’ont été par le harcèlement sexuel lié à l’école et que 13% d’entre elles ont été touchées par la pédophilie, ce qui inclut tout geste, attouchement ou caresse à des fins sexuelles sur des enfants de moins de 16 ans.

Toutefois, le rapport précise qu’une autre étude menée entre 2011 et 2014 par le Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) et le Groupe pour l’étude et l’enseignement de la population (GEEP), organisme national de recherche en éducation, montre que la plupart des grosses d’adolescentes liées à l’école et enregistrées durant cette période « résultaient de relations sexuelles avec d’autres élèves ».


Cette même étude montre qu’entre 2011 et 2014, au moins 1971 cas de grosses ont été enregistrés dans écoles et que plus de 54% des jeunes mères ont abandonné l’école au cours de cette période au moment seul 15% ont repris le chemin de l’école.

Évoquant, par ailleurs, les autres facteurs entravant l’éducation des filles, Human Rights Watch indique que la pauvreté, le mariage des enfants et la violence à l’école… sont parmi les principaux facteurs qui empêchent les filles de terminer leurs études secondaires.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut