International › APA

Sénégal : un proche de Khalifa Sall dénonce sa révocation

Le maire de la commune de Dalifort (banlieue dakaroise), Idrissa Diallo a dénoncé, vendredi peu après la révocation de Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar, un « acharnement » du président Macky Sall « qui continue » à l’égard de son leader.« C’est l’acharnement qui continue », a dit le proche du maire de la ville de Dakar, interrogé par la Radio futurs médias (privée).

Surpris et écœuré par le décret présidentiel révoquant Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar depuis les élections locales de mars 2009, puis réélu en 2014, M. Diallo estime que « le président Macky Sall a peur de l’adversaire ».

« Depuis plus un an, il est en train de montrer que c’est un homme très frileux », a-t-il poursuivi, indiquant toutefois que cette situation ne devrait « pas déranger » Khalifa Sall parce que « les Dakarois ont eu confiance en lui à deux reprises (2009 et 2014) ».

Se basant notamment sur la loi portant Code général des collectivités territoriales, l’arrêt de la Cour d’appel statuant en matière correctionnelle en date du 30 août 2018 et sur le rapport du ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, le président Macky Sall a révoqué ce vendredi par décret présidentiel le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall.

Cette décision présidentielle fait suite à la confirmation du jugement de première instance hier jeudi par la Cour d’appel de Dakar, condamnant notamment dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar Khalifa Sall à 5 ans de prison ferme.


Le juge Demba Kandji soutenant que le maire est « coupable des faits qui lui sont reprochés » a également corsé l’amende de 5 millions FCFA prononcée lors du premier jugement par le tribunal correctionnel de Dakar en la portant à 1,830 milliards de FCFA. Une somme que Kalifa Sall et ses co-accusés devront désormais payer en guise de dommages et intérêts à l’Etat du Sénégal.

Actuellement en détention à la prison dakaroise de Reubeuss, Khalifa Sall a dans une déclaration de presse faite le 16 juillet annoncé qu’il est candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019, mais sa formation politique dont il est exclu, le Parti socialiste (Ps, mouvance présidentielle), réuni en secrétariat exécutif, a déclaré qu’il se rangeait derrière le président sortant, Macky Sall.

Dissident du Parti socialiste (mouvance présidentielle) à la veille du référendum sur la réforme constitutionnelle du 20 mars 2016 pour lequel il avait appelé ses partisans à voter «Non», Khalifa Sall dirige depuis 2009 la ville de Dakar.

Le 30 décembre 2017, lui et 64 responsables, ont été exclus du Parti socialiste.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut