International › APA

Signature à Abidjan d’un accord de siège du Conseil international consultatif du cajou

Un accord de siège du Conseil international consultatif du cajou (CICC) a été signé lundi à Abidjan entre l’organisation et l’Etat ivoirien, lors d’une cérémonie au ministère du Commerce, de l’industrie et de la promotion des Petites et moyennes entreprises (PME).

« L’Etat de Côte d’Ivoire respecte ses engagements, nous avons dit que nous allons offrir cet accord de siège au CICC, c’est chose faite, et nous allons poursuivre pour l’opérationnalisation de l’organisation », a assuré le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba.

L’installation du siège du CICC sur les bords de la Lagune Ebrie, à Abidjan, est une « marque de confiance » envers la Côte d’Ivoire, s’est-il félicité, ajoutant que « toutes les facilitations seront données » pour la réussite des missions de cette institution qui est un « gisement d’opportunités pour la jeunesse africaine ». 

Le CICC est présidé par le Béninois, Serge Ahissou, ministre de l’Industrie et du commerce. Il s’est réjoui de ce que « ce résultat heureux » soit effectif et a souhaité « longue vie à ce Conseil qui vient de naître » dont la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de noix de cajou, abrite le siège.  

Le directeur général du Conseil coton-anacarde de Côte d’Ivoire, Adama Coulibaly, a fait savoir que le CICC a été créé le 18 novembre 2016 à Abidjan au cours de la 2è édition du Salon international des équipements et des technologies de transformation de l’anacarde (SIETTA).


Le Conseil international consultatif du cajou (CICC) est une organisation internationale chargée de promouvoir le développement durable du cajou dans le monde. Il est doté d’une capacité juridique internationale et d’une autonomie financière.

 Il a été impulsé par la production africaine de cajou qui représente environ 60% du volume mondial et constitue plus de 90% de l’offre sur le marché international de noix brute. Cette production est en constante progression de 10% par an en moyenne.

Plus de 10 millions de personnes bénéficient des revenus de l’anacarde en Afrique, en particulier les femmes en milieu rural avec près de 80% des emplois générés. Des représentants de dix pays ont ainsi participé à l’élaboration des textes fondateurs. 

Ces pays sont, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée-Bissau, la Guinée Conakry, le Sénégal, la Tanzanie et le Togo. Le siège du CICC est situé au 15è étage de l’Immeuble Caistab, au Plateau, le Centre des Affaires d’Abidjan. 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut