International › AFP

Six nations: la pire défaite du XV de France de l’après-guerre

La rouste prise dimanche par le XV de France à Twickenham (44-8) est la pire défaite (-36) jamais enregistrée dans le Tournoi des six nations depuis la Libération. Mais au rayon des naufrages bleus, elle ne se classe qu’au neuvième rang par son ampleur.

Sans surprise, les quatre plus lourds revers ont été infligés par les All Blacks, viennent ensuite une raclée contre l’Australie en 2010, puis un déroute contre l’Afrique du Sud en 1997.

Visite guidée des bas-fonds de l’équipe de France:

. 9 juin 2007, naufrage à Wellington: 61-10 contre la Nouvelle-Zélande (-51)

Dépassé par la vitesse et la puissance des All Blacks, le XV de France a concédé la plus large défaite de son histoire lors de son second test-match contre la Nouvelle-Zélande. Les Bleus étaient alors privé des demi-finalistes du Top 14… Rien à faire pour endiguer les neuf essais de la marée noire. Jamais, jusque-là, l’équipe de France n’avait encaissé plus de 60 points. Jamais depuis elle n’a perdu par plus de 50 points d’écart.

. 17 octobre 2015, humiliation à Cardiff: 62-13 contre la Nouvelle-Zélande (-49)

La claque est historique. En mondovision. Sur le chemin de leur deuxième titre consécutif de champions du monde, les All Blacks ont infligé aux Bleus la plus lourde défaite jamais enregistré lors d’un quart de finale de Coupe du monde. Jusqu’à ce jour noir, jamais une nation n’avait encaissé plus de 48 points à ce stade de la compétition, et le plus gros écart avait été de 28 points. Records pulvérisés! Les Néo-Zélandais se sont régalé avec neuf essais.


. 27 novembre 2010, la bronca de Saint-Denis: 59-16 au Stade de France contre l’Australie (-43)

Le XV de France a subi là sa pire défaite de l’ère Marc Lièvremont, la plus large de son histoire contre une Australie virevoltante. Les Wallabies ont marché dans un champ de ruines et marqué sept essais. « Je ne comprends pas », avait concédé le sélectionneur sans réponse. Les Bleus, eux, ont quitté le Stade de France sous les huées du public.

. 22 novembre 1997, les adieux ratés au Parc des Princes: 52-10 contre l’Afrique du Sud (-42)

Il y a mieux pour se dire adieu. Asphyxiés, dépassés, détruits, les Bleus, qui débutent encore dans le professionnalisme, ont été ravagés par des Springboks qui jouent un rugby labellisé hémisphère sud, bien en avance sur celui du nord. Et précipitent la fin de la génération Saint-André.

. 7 avril 2001, une correction pour la der de Sadourny: 48-19 contre l’Angleterre à Twickenham (-29)

Deux ans avant leur titre de champions du monde, les Anglais de Clive Woodward dominent déjà le Tournoi. Face à un XV de France pas flamboyant, ils s’amusent lors d’une seconde période à sens unique. Bernard Laporte et sa troupe encaissent cinq essais sans réplique. Une déroute qui marquera la fin de carrière de l’arrière Jean-Luc Sadourny et de l’ailier Philippe Bernat-Salles.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut