International › APA

Sommet du G5 Sahel et lutte contre le terrorisme au menu des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè, dans leurs livraisons de ce mercredi, traitent essentiellement de la question de lutte contre le terrorisme, mettant un accent particulier sur le sommet du G5 Sahel qui vient de se tenir à Ouagadougou.Le quotidien à capitaux publics Sidwaya arbore à sa une: «G5 Sahel : Roch Marc Christian Kaboré prend les commandes», montrant l’image du président en exercice sortant du G5 Sahel, Mahamadou Issoufou du Niger, en train de remettre le flambeau à son homologue burkinabè.

Avec la même image à sa Une, L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés, titre : «Réunion G5 Sahel : La passe au Burkina Faso».

Le journal, dans son ‘’Regard sur l’actualité », estime qu’il convient de «Sortir enfin des salons feutrés», faisant observer que «les sommets se succèdent ainsi, sans que le projet salvateur parvienne à s’extraire des salons feutrés pour enfin investir le terrain».

Pour sa part, Le Pays, autre quotidien privé, croit savoir qu’il faut «relever le défi de la mobilisation des ressources».

Le même journal dans sa rubrique ‘’Dialogue intérieur » parle des attaques terroristes quotidiennes au Burkina Faso, s’exclamant: «L’heure est grave !».


Pendant ce temps, L’Express du Faso, quotidien imprimé à Bobo-Dioulasso, mentionne en première page : «Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel : Engagements militaires et programmes d’investissement».

A son tour, Aujourd’hui au Faso qui montre à sa Une, la photo des cinq présidents des pays membres du G5 Sahel à la clôture de leur 5e sommet, hier mardi à Ouagadougou, fait remarquer qu’il faut «dépêtrer le Burkina de la poudrière terroriste».

Evoquant toujours le volet de lutte contre le terrorisme, ce confrère renseigne que «21 terroristes ont été neutralisés», hier mardi à Oursi, localité situé dans la région du Sahel».

A ce propos, Le Pays parle d’«au moins 25 assaillants abattus par les FDS (Forces de défense et de sécurité)».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut