International › AFP

Soudan: reprise de discussions cruciales sur la transition politique

Pas d'image

Le Conseil militaire et les représentants du mouvement de contestation au Soudan ont repris lundi des discussions cruciales sur le transfert du pouvoir à une autorité civile, exigé par les manifestants, selon l’un de leur porte-parole.

Deux des meneurs de la contestation Omar Digeir et Satea al-Haj, de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), participent à ces discussions au Palais de l’amitié, le principal centre de conférence de Khartoum, a précisé à l’AFP une porte-parole Machaer Darraj.

Rachid al-Sayed, un autre porte-parole de l’ALC, a confirmé la reprise des discussions.

Des milliers de manifestants campent depuis le 6 avril devant le QG de l’armée à Khartoum initialement pour exiger le départ du président Omar el-Béchir, destitué le 11 avril par l’armée.

Les contestataires ont poursuivi le sit-in pour réclamer au Conseil militaire, qui dirige désormais le pays, qu’il cède le pouvoir à une administration civile.

La presse a été tenue éloignée du Palais de l’amitié, où se déroulent les pourparlers que les chefs de la contestation veulent voir aboutir rapidement. Ils estiment possible de parvenir en 72 heures à un accord sur le transfert du pouvoir aux civils.


Les discussions devaient reprendre dimanche à l’initiative de l’armée, mais l’ALC a demandé plus de temps pour achever des consultations internes.

Dimanche, la tension est montée à Khartoum lorsque des manifestants ont bloqué une grande artère de la capitale, accusant l’armée d’avoir fermé un pont menant au sit-in.

Le Conseil militaire a jugé « totalement inacceptable » ce blocage. « Cela crée du chaos et rend la vie difficile pour les citoyens », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Il a par ailleurs démenti des affirmations sur les réseaux sociaux selon lesquelles les forces de sécurité avaient l’intention de disperser le sit-in. « Nous assurons que cela est totalement faux », a indiqué le Conseil militaire.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut