International › AFP

Soudan: un commerçant meurt après avoir inhalé des gaz lacrymogènes

Un vendeur de fruit soudanais est mort dimanche dans un hôpital de Khartoum après avoir inhalé des gaz lacrymogène tirés par les forces anti-émeutes lors de manifestations, selon ses proches et un comité de médecins lié au mouvement de contestation antigouvernemental.

« Il a été amené à l’hôpital mais les médecins n’ont pas pu le sauver. Il est mort des suites de l’inhalation de gaz lacrymogène » a indiqué un médecin qui a requis l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Une foule de manifestants s’est rassemblée à Khartoum dans le quartier de Bahari (nord) en scandant « Liberté, paix et justice », principal slogan de la contestation, mais a rapidement dû faire face aux forces antiémeutes qui ont tiré des gaz lacrymogènes, ont rapporté des témoins.

Pays en plein marasme économique, le Soudan est secoué par des manifestations déclenchées le 19 décembre par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Les rassemblements se sont transformés en mouvement de protestation pour demander la démission du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989 après un coup d’Etat soutenu par les islamistes.

« Nous n’abandonnerons pas. Nous continuerons de protester », a affirmé Afra, une jeune manifestante qui n’a pas souhaité donner son nom pour des raisons de sécurité. « En continuant les manifestations, de plus en plus de personnes se joindront à nous. »


Selon des témoins, des rassemblements ont également eu lieu dans d’autres quartiers de la capitale et plusieurs manifestants ont été arrêtés par la police.

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes lors de ce mouvement de contestation. L’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) fait état de 51 morts.

Depuis le début des troubles, Omar el-Béchir a exclu de démissionner et imputé les violences lors des manifestations à des « conspirateurs ».

Mi-janvier il avait affirmé que la seule voie vers le pouvoir était celle des urnes. La prochaine élection présidentielle devrait avoir lieu en 2020 et M. Béchir envisage de briguer un troisième mandat.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut