International › APA

Sport, économie et social au menu des hebdomadaires marocains

La participation de l’équipe nationale au Championnat africain des Nations des joueurs locaux (CHAN), prévu en Algérie, les perspectives de 2023 et le projet vde loi sur la grève, sont les principaux sujets traités par la presse hebdomadaire marocaine parue ce samedi.+Maroc hebdo+, qui s’attarde sur la participation de l’équipe nationale des locaux au Championnat africain des Nations des joueurs locaux (CHAN), prévu du 13 janvier au 4 février en Algérie, écrit qu’en refusant de répondre favorablement à la requête de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), l’Algérie en fait une affaire d’Etat.

A ses risques et périls, Alger ne veut pas céder à la demande, toute légitime, de Fouzi Lekjaâ, président de la FRMF, qui a exigé que l’équipe nationale se rende à Constantine, ville hôte de l’édition 2023 du Championnat, via un vol direct de Rabat à bord d’un avion de Royal Air Maroc (RAM), relève l’hebdomadaire.

« Que faut-il en déduire ? Que nous ne sommes pas face à une question d’ordre juridique ou organisationnelle. On ne joue pas sur un terrain de football mais plutôt sur le terrain de la politique », relève-t-il.

Certes, Alger avait décidé, en août 2021, de fermer son espace aérien aux avions civils et militaires marocains, mais aujourd’hui, il s’agit d’un événement sportif continental d’envergure, fait-il remarquer, se demandant ce qui empêcherait de faire une exception et permettre à un avion de la RAM transportant l’équipe marocaine de voler directement vers Constantine.

En vérité, le régime algérien a peur de revenir sur sa décision de fermer le ciel algérien aux avions marocains pendant le CHAN 2023. “Son autorité et son pouvoir sont en jeu. Ce serait une volte-face à hauts risques”, qui “entraînera une euphorie populaire quasi-impossible à gérer” grâce à l’exploit historique de la sélection marocaine au Mondial Qatar 2022, estime-t-il.

Aujourd’hui, c’est à la CAF de prendre les décisions qui s’imposent. “Eviter un vol direct de trois heures et perdre presque une journée à parcourir des milliers de kilomètres en faisant escale en Tunisie avant de prendre la Tunisair pour aller à Constantine, c’est inacceptable », estime-t-il.

Abordant les perspectives de 2023, +La Nouvelle Tribune+ indique qu’après un léger répit suite aux performances historiques des Lions de l’Atlas au Mondial de football au Qatar, la nouvelle année se présente dans un contexte économique, politique et géopolitique peu réjouissant, pour ne pas dire inquiétant.

En 2023, le lexique ne changera visiblement pas, les mots clés resteront inflation, guerre en Ukraine, crise économique, récession, stress hydrique et pression sociale, écrit le journal.


Et, au niveau géopolitique, dans notre voisinage proche, les causes d’inquiétudes se sont multipliées ces derniers mois, au point d’obscurcir ce début d’année, ajoute-t-il.

Le Maroc déploie depuis de nombreuses années maintenant une stratégie double de soft power, basée sur une notoriété mondiale grandissante et une diplomatie résolument active, pour faire reconnaître sa cause légitime sur le Sahara marocain, relève-t-il, soulignant que cette stratégie a connu un paroxysme ces dernières semaines grâce au football, le Maroc n’a jamais été aussi visible à l’international,.

Dans un contexte où les victoires diplomatiques marocaines à Washington, Tel Aviv, Madrid, Berlin etc., s’accumulent, l’épopée des Lions a certainement été perçue par le régime algérien comme la goutte d’eau de trop, constate-t-il.

+La Vie Eco+, qui s’intéresse au le projet de loi sur la grève, écrit que la CGEM s’empresse de voir adopter le projet de loi organique relatif à la grève conformément au calendrier fixé dans l’accord du 30 avril. Les syndicats, eux, traînent le pied. Pour deux des trois centrales les plus représentatives, il y a plus urgent. En fin de compte, le texte ne sera pas prêt dans les délais. A savoir au plus tard le 31 janvier, date à laquelle le projet de loi devrait être déposé au Parlement.

«Ces délais ne seront assurément pas tenus», regrette un dirigeant de la CGEM cité par l’hebdomadaire. Selon le magazine, il faut au moins trois mois de négociation pour faire le tour de la question et parvenir, éventuellement, à un accord sur la mouture qui sera déposée au Parlement. Et encore. Les partenaires sociaux n’ont toujours pas entamé les discussions.D’après, les responsables de la CGEM, une réunion devait avoir lieu avant la fin de la semaine.

Pour le patronat, il faut plus qu’un rendez-vous. Et certainement beaucoup de persuasion de la part du gouvernement. Car pour la CDT, le sujet n’est pas prioritaire. Ce qui l’est par contre, c’est de préserver l’emploi dans un contexte difficile et surtout revaloriser les salaires. L’UMT, de son côté, reproche au gouvernement de ne pas avoir fait assez d’efforts en termes de préservation du pouvoir d’achat des travailleurs et des citoyens en général, écrit l’hebdomadaire.

Face à cette réticence syndicale, la CGEM détient, elle aussi, son moyen de persuasion. Sans vraiment y aller franchement, le patronat conditionne l’application de la deuxième tranche de l’augmentation du SMIG, les 5% prévus au mois de juillet, à l’adoption de cette loi organique. «Il s’agit d’un package, un tout indissociable», note le responsable de la CGEM, tout en précisant que le chef du gouvernement n’a pas encore signé le décret d’application de la deuxième tranche de cette augmentation.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut