International › APA

Stratégies antiterroristes : le Maroc pour un partage accru d’expériences

Dans un entretien accordé à APA News, Habboub Cherkaoui, directeur du Bureau Central des Investigations Judiciaires (BCIJ) du Maroc, a plaidé pour un renforcement de la coopération interafricaine afin d’endiguer le jihadisme.Quelles sont les performances des services sécuritaires marocains en matière de lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier ?

Depuis les attentats du 16 mai 2003, le Maroc est devenu extrêmement conscient du danger que représente le phénomène terroriste. De ce fait, le Royaume a mis en place, sous la conduite éclairée du Roi Mohammed VI, une stratégie sécuritaire cohérente, intégrée et multidimensionnelle. Celle-ci fait de l’anticipation et de la protection son credo.

A la faveur de cette stratégie, les services sécuritaires et notamment le Bureau Central des Investigations Judiciaires (BCIJ), créé en mars 2015, en tant qu’aile judiciaire de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), ont enregistré des résultats importants. Ces derniers consistent au démantèlement de 82 cellules terroristes, dont 76 liées à Daech et 6 autres actives dans le groupe appelé « Al Istihlal et Al Faye » qui mènent des activités illicites pour financer des activités terroristes. Au total, il a été procédé depuis 2002 au démantèlement de 209 cellules terroristes.

Y-a-t-il une collaboration entre le BCIJ et ses voisins sahéliens ?

Oui ! A côté des efforts consentis en matière de coopération internationale de lutte anti-terroriste et du crime organisé, le Maroc accorde une importance primordiale à la coopération avec tous les partenaires internationaux qu’ils soient européens, africains ou arabes. Cette politique fait du Royaume un partenaire crucial dans ce domaine et lui fait jouir d’une reconnaissance mondiale.

Dans ce contexte, le Maroc se trouve souvent aux premiers rangs dans la coopération internationale contre le terrorisme et il est perçu comme un partenaire écouté et respecté. La coopération avec les pays africains, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération sud-sud, porte sur trois volets essentiels.


Il s’agit de la formation, de l’échange d’informations ou encore du partage d’expériences et d’expertise. Parmi les pays concernés, on peut citer la Mauritanie, le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Burkina Faso.

Par contre, avec l’Algérie voisine, la coopération sécuritaire est totalement inexistante. Cela constitue un réel danger et sape les efforts déployés dans la lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier.

L’exemple marocain peut-il être exporté dans les pays africains ?

Sans nul doute ! Le Maroc met son expérience en matière sécuritaire à la disposition des pays africains comme le prône le Souverain. Le Royaume est disposé à partager les informations avec autant de pays que possible pour faire face aux défis liés à la menace terroriste grandissante et au crime transfrontalier en Afrique.

Le Maroc œuvre de façon continue pour combattre le phénomène terroriste qui n’a ni religion particulière, ni race, ni patrie et qui constitue un ennemi pour tous. Notre pays est ouvert à la coopération avec les pays africains pour l’élimination des dangers imminents, la stabilisation du voisinage immédiat, la consolidation de sa sécurité et la promotion du bien-être et du développement durable en Afrique.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut