International › AFP

Trump lève les tarifs sur l’acier et l’aluminium avec le Canada et le Mexique

Donald Trump a annoncé vendredi la suppression des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada et du Mexique, ouvrant la voie à la ratification du nouvel accord de libre-échange qui lie ces trois pays.

« Nous venons juste de trouver un accord avec le Canada et le Mexique », a annoncé M. Trump, soulignant que les produits américains ne seraient plus frappés de droits de douane ou seulement de faibles tarifs douaniers. Une annonce qui met fin à des mois de conflit commercial.

Donald Trump avait imposé en juin une taxe de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium en provenance du Canada. Le Canada avait répliqué en taxant 16,6 milliards de dollars canadiens (11 milliards d’euros) de produits américains sur fond de renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain initiées par Washington.

Dans un communiqué commun, le Canada et les Etats-Unis se sont engagés à éliminer, d’ici deux jours, les droits de douane imposés sur l’acier et l’aluminium canadiens d’une part, et les tarifs de représailles imposés par le Canada de l’autre.

Ils mettront également fin « à toutes les procédures qui les opposent en instance à l’Organisation mondiale du commerce », le Canada, premier fournisseur étranger d’acier et d’aluminium des Etats-Unis, ayant porté plainte auprès de cette organisation en juin 2018.

Enfin, des mesures communes seront prises pour empêcher « l’importation d’acier et d’aluminium subventionnés de manière déloyale et/ou vendus à des prix de dumping » et « le transbordement d’acier et d’aluminium fabriqués ailleurs qu’au Canada ou aux États‑Unis vers l’autre pays ».

Ces mesures visent essentiellement la Chine, a estimé la banque canadienne CIBC dans un communiqué.

« Si les importations de certains produits en acier et en aluminium augmentaient de façon subite, les Etats-Unis pourront à nouveau imposer les droits de douane. Les représailles du Canada et du Mexique seraient alors limitées aux produits en acier et en aluminium », ont précisé de leur côté les services du représentant au commerce.

Les Etats-Unis avaient imposé ces droits de douane au nom de leur « sécurité nationale », provoquant l’ire du Canada qui y avait plutôt vu un moyen de pression supplémentaire de l’administration Trump pour conclure un nouvel accord de libre-échange nord-américain.

« Nous accueillons avec grand enthousiasme la décision du président américain d’éliminer les droits de douane imposés au Mexique et au Canada sur l’acier et l’aluminium » a tweeté Jesus Seade, négociateur en chef du Mexique. « Cette annonce ouvre la voie à la ratification » de l’accord trilatéral de libre-échange, a-t-il souligné.


– « Un grand pas en avant » –

Dans sa volonté de favoriser « L’Amérique d’abord », Donald Trump avait imposé à ses partenaires commerciaux, à l’été 2017, la renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain (Aléna) en vigueur depuis 1994, l’accusant d’avoir détruit des milliers d’emplois industriels surtout dans le secteur automobile en raison des délocalisations vers le Mexique.

Le nouvel accord de libre-échange liant Etats-Unis, Canada et Mexique (AEUMC) a été conclu le 30 septembre au bout d’un marathon de treize mois de négociations commerciales, puis signé le 30 novembre.

Mais le texte est toujours en attente de ratification dans les trois pays, Ottawa ayant fait de la levée des tarifs douaniers américains une condition sine qua non pour le ratifier.

Cette annonce représente donc une avancée majeure vers la ratification du nouvel accord de libre-échange nord-américain AEUMC, s’est félicité vendredi Justin Trudeau.

« Ces tarifs sur l’acier et l’aluminium étaient la plus grande barrière à la ratification pour nous et pour les Etats-Unis du nouvel accord de l’Aléna », a déclaré le Premier ministre canadien. « C’est certain qu’on vient de faire un grand pas en avant » vers cette ratification, qui pourrait intervenir « dans les prochaines semaines » selon lui.

M. Trudeau a souligné que les négociateurs canadiens avaient résisté aux pressions des Américains qui selon lui voulaient mettre en place des quotas d’exportation.

« Les Américains voulaient qu’on fasse des concessions. Ils demandaient des quotas, ils voulaient mettre des limites sur notre industrie et on a dit non », a assuré le dirigeant libéral, qui s’exprimait lors d’une visite dans une aciérie à Hamilton (Ontario).

« A compter de la semaine prochaine, le Canada et le Mexique seront les deux seuls pays au monde à avoir un accès complet et sans restriction au marché américain », a déclaré le président de l’Association de l’aluminium du Canada, Jean Simard, en saluant « une grande victoire ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut