International › APA

Un accident ferroviaire, sujet dominant dans la presse congolaise

Pas d'image

Les journaux congolais parus ce jeudi traitent principalement de l’accident sur une ligne du Chemin de Fer Congo Océan (CFCO) ayant causé 16 morts et 15 blessés mais aussi des dispositions prises par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation pour lutter contre la fraude durant les examens.Le journal Les dépêches de Brazzaville renseigne que « le gouvernement a ordonné, lors de sa réunion de mercredi, une enquête pour déterminer les causes de l’accident ferroviaire survenu dans la nuit de dimanche à lundi à quelques kilomètres de Pointe-Noire ».

La Semaine africaine indique, pour sa part, que l’accident est dû à la « collision de deux trains du Chemin de Fer Congo Océan (CFCO) ».

Ce bihebdomadaire ajoute que « vraisemblablement, l’accident serait causé par une mauvaise coordination entre les agents du CFCO », non sans noter que les locomotives sont fortement endommagées et plusieurs wagons sont irrécupérables.

De son côté, Le Patriote informe de l’utilisation « de caméras de surveillance dans les salles d’examen » lors des épreuves écrites du CEPE et du baccalauréat général afin de lutter efficacement contre la tricherie.


En effet, ce journal rapporte que « malgré le bon déroulement du BEPC qui prend fin demain vendredi, le dispositif anti-fraude est monté en puissance avec l’installation de caméras de surveillance dans les salles d’examen ».

La griffe, qui fait un focus sur la fragile situation économique du Congo, se demande si ce pays « est vraiment au pied du mur ? ». De l’avis de ce journal, « le pouvoir n’a plus de solution pour sortir le Congo de la crise ».

Enfin, Le patriote annonce la tenue des Sénatoriales partielles prévues le 21 juillet prochain. Ce journal souligne que le Parti Congolais du travail (PCT, au pouvoir) a déjà désigné ses candidats pour cette joute électorale qui aura lieu dans quatre départements : les deux cuvettes, la Likouala et le Pool.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut