International › AFP

Un ministre omanais à Ramallah après une visite de Netanyahu à Oman

Un ministre omanais a rencontré mercredi à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le président palestinien Mahmoud Abbas et lui a remis une lettre concernant la récente visite surprise du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Oman, selon l’agence de presse officielle palestinienne.

Le ministre omanais responsable des Affaires étrangères, Youssef ben Alaoui ben Abdallah a remis à M. Abbas une lettre du sultan Qabous d’Oman sur la visite de Netanyahu, a rapporté l’agence Wafa.

Aucun détail supplémentaire n’a été fourni sur leurs discussions à Ramallah ni sur le contenu de la lettre.

Le Premier ministre israélien a effectué le 25 octobre une rarissime visite à Oman où il a été reçu par le sultan Qabous ben Saïd, malgré l’absence de relations diplomatiques entre Israël et ce pays arabe.

Le président palestinien Mahmoud Abbas s’était également rendu à Oman quelques jours avant le voyage de Benjamin Netanyahu.

Parmi les pays arabes, Israël n’a de relations diplomatiques qu’avec l’Egypte et la Jordanie. Mais M. Netanyahu ne cesse de proclamer que les nouvelles réalités régionales, à commencer par l’expansion de l’influence iranienne, créent une convergence d’intérêts avec les pays arabes.


Israël est engagé dans une offensive diplomatique auprès d’Etats du Golfe, notamment Oman et les Emirats arabes unis, pour contrer l’Iran et tenter de progresser dans la voie d’une normalisation diplomatique qui inquiète les Palestiniens.

Aux Emirats, la ministre israélienne de la Culture et des Sports Miri Regev a visité la grande mosquée Cheikh Zayed et le ministre israélien des Communications Ayoub Kara a pris la parole, en arabe, à Dubaï.

L’hymne israélien a par ailleurs été joué dimanche, fait rarissime, lors d’une compétition de judo à Abou Dhabi et le ministre des Transports Israël Katz doit promouvoir une liaison ferroviaire entre Haïfa et le Golfe à Oman la semaine prochaine.

Des responsables palestiniens se sont inquiétés d’une « normalisation » des relations entre Israël et les pays arabes, ces derniers ayant historiquement fait du règlement de la question palestinienne la condition d’une normalisation avec l’Etat hébreu.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut