International › AFP

Un trio de septuagénaires en haut de l’affiche démocrate pour la présidentielle 2020

Membres de la génération X et Millenials, rongez votre frein. Malgré l’envie de sang frais exprimée par les électeurs démocrates, trois septuagénaires sont favoris pour représenter le parti à la présidentielle de 2020 aux Etats-Unis.

La sénatrice Elizabeth Warren fête samedi ses 70 ans. Dans les sondages consacrés à la primaire démocrate, elle est en troisième position derrière l’ancien vice-président Joe Biden, 76 ans, et le sénateur indépendant Bernie Sanders, 77 ans.

Si l’un d’eux l’emporte, il ou elle devra très probablement affronter le républicain Donald Trump, 73 ans, qui est déjà entré dans l’histoire américaine comme le président le plus âgé au moment de son élection.

« Ils sont trop vieux », a déclaré vendredi à l’AFP une militante démocrate de Caroline du Sud, Marguerite Willis, lors d’une rencontre autour de la sénatrice Kamala Harris, également en lice pour la primaire de l’opposition.

« Je suis bien placée pour en parler », a ajouté cette femme de 69 ans, qui fut autrefois candidate au poste de gouverneur de cet Etat. « Je sais qu’il est temps que nous passions le relais. »

Comme elle, une majorité des électeurs démocrates souhaite élire un ou une président(e) dynamique, capable de comprendre les jeunes générations et de relever les défis de l’avenir, environnementaux et technologiques notamment.

– 55 ans –

Selon un sondage de l’institut Pew, publié en mai, seuls 3% des démocrates pensent que l’âge idéal d’un président est au-dessus de 70 ans; 43% le situent entre 50 et 60 ans.

Cette fourchette reflète l’âge moyen des 45 présidents américains: 55 ans. Seuls dix d’entre eux avaient plus de 60 ans le jour de leur arrivée à la Maison Blanche.

Plus généralement, 48% des Américains se disent moins susceptibles de soutenir un candidat septuagénaire, selon une autre enquête d’opinion réalisée par Reuters/Ipsos.


Ces statistiques n’ont pas échappé aux autres candidats. Le maire de South Bend, dans l’Indiana, Pete Buttigieg n’a que 37 ans, soit deux fois moins que Joe Biden.

Régulièrement, il souligne que le pays a besoin « d’une nouvelle génération de leaders » sensibles aux problèmes des plus jeunes, comme le coût exorbitant des études, l’impact des nouvelles technologies sur le travail ou encore le réchauffement climatique.

– « Endormi » –

Joe Biden, qui fait la course en tête chez les démocrates, est celui qui concentre le plus de remarques sur son âge. Deux polémiques récentes ont permis à ses adversaires de le caricaturer en candidat du passé.

Après avoir soutenu pendant des décennies une loi qui interdit de financer les avortements avec des fonds fédéraux, il a changé de pied sous la pression, annonçant ne plus pouvoir défendre une mesure qui pénalise les femmes des milieux populaires.

Peu après, il s’est retrouvé dans la tourmente pour avoir évoqué la « courtoisie » de ses liens avec deux sénateurs favorables à la ségrégation raciale dans les années 70.

Donald Trump, qui pourrait souffrir de la popularité de Joe Biden dans la classe ouvrière, l’accuse régulièrement d’être « endormi », ou « faible mentalement ». « Il n’est plus comme avant, il agit différemment, il est plus lent qu’avant », a-t-il lancé récemment.

L’ancien vice-président de Barack Obama a reconnu de bonne grâce que les questions sur son âge étaient « légitimes ». « La meilleure façon de me juger sera d’observer. De voir si j’ai l’énergie et la capacité », a-t-il estimé.

En 1984, lors de sa campagne de réélection, le républicain Ronald Reagan, alors âgé de 73 ans, avait lui retourné la balle à l’envoyeur. Interrogé sur sa capacité à tenir le rythme de la campagne, il avait répondu: « je ne vais pas exploiter, à des fins politiques, la jeunesse et l’inexpérience de mon adversaire ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut