International › APA

Une bavure policière et la sortie de crise politique font débat sur les sites d’informations togolais

La bavure policière à l’origine de la mort du jeune Louis Anoumou et les derniers développements de la crise politique togolaise font, ce lundi, les choux gras de la presse électronique.« L’opposition togolaise dénonce une fois encore la bavure policière qui a ôté la vie au jeune togolais Louis Anoumou dans le cadre de l’opération Entonoir » écrit Courrierdafrique, qui titre : « Le pouvoir de Lomé n’a aucun respect pour la dignité humaine ».

Citant Sabine Dounwourge, la présidente de la Ligue des femmes de l’Alliance pour la démocratie et le développement intégral (ADDI, parti d’opposition), le journal informe que le gouvernement togolais est invité « à diligenter une enquête pour situer et élucider les circonstances de la mort du jeune garçon ».

Selon le même site d’informations,  Jean Kissi, député du Comité d’action pour le renouveau (CAR, parti d’opposition), s’indigne lui aussi de la mort du jeune homme, en affirmant que « la vie humaine n’a pas de prix ».

Togobreakingnews, pour sa part, s’intéresse à la résolution de la crise politique togolaise en cours au Togo depuis dix mois et titre à cet effet : « la communauté musulmane lance un appel aux acteurs politiques ».

Le site informe que le vice-président de l’Union musulmane du Togo (UMT) invite les protagonistes de la crise politique togolaise à s’entendre pour régler définitivement cette crise qui mine le pays.

Et de rappeler qu’au début  de la crise, les responsables de l’Union musulmane avaient invité les Togolais à la paix, à la convivialité et à la tranquillité politique. Mais depuis, « la crise s’est enlisée


», déplore le journal, qui regrette que « même le dialogue ouvert le 19 février sous l’égide du président ghanéen Nana Akufo-Addo semble avoir échoué ».

Il impute cet échec du dialogue au « pouvoir et à la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise qui campent sur leur position ».

Si  Togobreakingnews estime que pour une sortie de crise, « les regards sont désormais tournés vers la CEDEAO », Djimon Oré, président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD, parti d’opposition) n’est pas de cet avis.

« Croire que la CEDEAO va résoudre la crise togolaise, c’est se tromper lourdement », a-t-il affirmé, dans des propos rapportés par le site d’informations Icilomé.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut