International › APA

Une experte sénégalaise pour un accès facile au Fonds vert climat

La responsable des politiques internationales sur le climat et du plaidoyer climat-énergie de l’ONG Enda Energie, la Sénégalaise Aïssatou Diouf, a plaidé au Grand Oral d’APA (GoAPA) pour une simplification des conditions d’accès aux financements climatiques au niveau international pour les pays en voie de développement.« Pour nous les acteurs de la Société civile, on dit qu’accéder à ces financements-là via le Fonds vert pour le climat, c’est très dur. (Car) il faut écrire des projets avec des règles que le Fonds vert a mis en place, et pour les pays francophones c’est encore plus compliqué parce que tout doit se faire en anglais », a déclaré Mme Diouf, invitée du troisième numéro du GoAPA.

De l’avis de cette spécialiste, beaucoup de pays africains n’ont pas soit les ressources humaines nécessaires ou les compétences qu’il faut pour soumettre des projets banquables au Fonds vert.

A cela s’ajoute, d’après elle, l’obligation pour chaque pays d’avoir des « entités nationales désignées » et qui sont accrédités par le Fonds vert pour mener le plaidoyer.

Au Sénégal, ces « entités nationales désignées » sont composées du Centre de suivi écologique (Cse) et de la Direction de l’environnement et des établissements classés (Deec).

« Nous en tant que acteur de la Société civile, notre plaidoyer c’est de dire : il faut vraiment simplifier les conditions d’accès aux financements climatiques au niveau international. Si on n’y arrive pas, très peu de pays vont accéder à ces 10 milliards de dollars ou plus pour pouvoir mettre en place au niveau national ou au niveau régional des projets pour lutter contre le changement climatique », a insisté Aïssatou Diouf.


Les pays en voie de développement ont obtenu des engagements financiers d’un montant de 10 milliards de dollars, soit près de 6000 milliards de francs CFA, auprès des pays développés pour financer des projets de résilience au changement climatique en 2019.

Au-delà du Fonds vert climat, les Etats peuvent également avoir accès à des financements climatiques à travers la coopération internationale entre pays développés et pays en voie de développement.

De la même manière, les ONG aussi peuvent solliciter des financements climatiques pour appuyer, au niveau décentralisé, des projets portés par des communautés affectées par le changement climatique, a expliqué l’environnementaliste sénégalaise.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut